Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → Master → Pérométallographie de la ceinture de roches vertes archéenne d’Aouéouat (Tasiast, nord de la Mauritanie)

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (2009)

Pérométallographie de la ceinture de roches vertes archéenne d’Aouéouat (Tasiast, nord de la Mauritanie)

OULD MOCTAR Didi

Titre : Pérométallographie de la ceinture de roches vertes archéenne d’Aouéouat (Tasiast, nord de la Mauritanie)

Auteur : OULD MOCTAR Didi

Etablissement de soutenance : Université Sidi Mohamed Ben Abdellah

Grade : Master en géosciences et ressources minérales 2009

Descriptif
Tasiast est une unité achéenne située à l’extrémité SW de la dorsale Réguibat, affleurement septentrional du craton ouest africain. Elle est caractérisée par la présence des structures de type « mantled gneiss dôme » correspondant à la structuration d’un socle ancien en dômes et sillons. Dans ces derniers s’édifient des ceintures de roches vertes dont la plus développée est celle d’Aoueouat située au sud de l’unité de Tasiast. Elle correspond à la succession de plusieurs unités lithologiques allant de roches volcaniques basiques à la base, à des formations dacitiques généralement en coulées bréchiques en positions intermédiaires et à des empilements volcanosédimentaires au sommet incluant les formations ferrifères rubanées (BIF). L’ensemble de ces formations sont affectées par un métamorphisme du faciès amphibolite et rétromorphosées dans le faciès schiste vert ainsi que par deux phases de déformation : La déformation D1 tangentielle et la déformation D2 transcurente liée à un régime global compressif orienté E-W à NW-SE. La dernière phase de déformation est synchrone d’une forte activité hydrothermale accompagnant la mise en place de filons de composition granitiques recoupant l’ensemble des formations de la ceinture. Deux types de minéralisations ont été reconnues et décrites dans ces formations : i) une minéralisation syngénétique liée à la sédimentation des BIF et formée essentiellement de magnétite, de pyrrhotite et de chalcopyrite ; ii) une minéralisation épigénétique liée à l’épisode hydrothermal et synchrone des phases de déformation (D2) cette phase est constitué d’une deuxième génération de magnétite et de pyrrhotite ainsi que par la chalcopyrite, l’arsénopyrite et l’or. Les BIF d’Aouéouat sont de type Algoma très riches en magnétite. La présence des cristaux de pyrrhotite qui développent en leur sein de la magnétite suggère l’existence au départ d’une minéralisation sulfurée qui se serait transformée par oxydation en magnétite. Ces processus pouvant être responsables du piégeage de l’or dans les BIF à partir des fluides hydrothermaux. Ainsi, la minéralisation aurifère archéenne est en grande partie piégée dans l’encaissant ferrifère ou sulfuré riche en fer. Elle peut être aussi présente en quantités considérables dans les filons de quartz.

Mémoire on Line

Page publiée le 10 décembre 2015, mise à jour le 13 janvier 2018