Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2003 → CONTRIBUTION A L’ELABORATION DE LA CARTE DU GISEMENT ENERGETIQUE EOLIEN DE L’ALGERIE

Université Saad Dahleb de Blida (2003)

CONTRIBUTION A L’ELABORATION DE LA CARTE DU GISEMENT ENERGETIQUE EOLIEN DE L’ALGERIE

AICHE Lilia

Titre : CONTRIBUTION A L’ELABORATION DE LA CARTE DU GISEMENT ENERGETIQUE EOLIEN DE L’ALGERIE

Auteur : AICHE Lilia

Université de soutenance : Université Saad Dahleb de Blida

Grade : Magister 2003

Résumé
L’objectif de notre travail est de proposer une contribution à l’estimation du potentiel énergétique éolien de l’Algérie. Deux types d’approches sont proposés. La première consiste à tracer des cartes préliminaires de vitesse et densité d’énergie de vent à partir d’une interpolation géographique des données météorologiques de vent de stations réparties à travers le territoire national. Elle donne une idée générale de la répartition géographique des ressources éoliennes de l’Algérie et permet une première identification des régions ventées. La seconde qui est plus précise, consiste à utiliser une approche numérique basée sur la modélisation de l’écoulement du vent en terrain accidenté (montagne, crête, falaise, etc.) qui caractérise le Nord de l’Algérie et une partie du Sud-est. Ces modèles prennent en compte la topographie qui intervient de façon significative dans l’accélération ou la décélération du vent. Parmi les deux classes de modèles proposés, les modèles de conservation de masse semblent être les mieux placés pour satisfaire une prospection de l’énergie éolienne avec une approche théorique simplifiée et à moindre coût lorsqu’il s’agit des données requises pour leurs applications. Le problème est traité avec le code numérique AIOLOS. En se basant sur l’hypothèse de l’écoulement d’un fluide incompressible en régime permanent, un champ de vent initialement divergent est ajusté par une procédure d’interpolation et extrapolation. Cette procédure tient compte de la variation verticale de la vitesse du vent, de l’influence de la topographie sur l’écoulement du vent (accélération ou décélération ), de l’influence de la rugosité du sol et des conditions de stabilité atmosphérique. Les résultats présentés sous forme cartographique pour une partie du Nord-ouest de l’Algérie, permettent l’identification des régions dotées de grandes promesses d’exploitation de l’énergie éolienne. La validité de ce modèle est démontrée en comparant les vitesses estimées à celles mesurées au niveau des stations de l’office national de la météorologie. Par ailleurs, ce modèle qui peut être utilisé pour choisir le type d’application possible, ne permet pas le dimensionnement d’un système d’exploitation. Pour cela, une étude théorique de l’application d’une éolienne a été entreprise. Celle-ci montre l’intérêt et l’importance de l’étude statistique du vent en vue de l’estimation de l’énergie qu’elle peut produire. De plus, cette étude permet le choix et le dimensionnement d’un système de conversion de l’énergie éolienne en fonction des besoins énergétiques et du potentiel éolien disponible.

Présentation (CDER)

Page publiée le 13 février 2016, mise à jour le 25 septembre 2018