Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2015 → Impact du comportement alimentaire du dromadaire sur la préservation des parcours du Sahara septentrional algérien. Cas de la région de Ouargla et Ghardaïa

Université Kasdi Merbah Ouargla (2015)

Impact du comportement alimentaire du dromadaire sur la préservation des parcours du Sahara septentrional algérien. Cas de la région de Ouargla et Ghardaïa

SLIMANI, Noureddine

Titre : Impact du comportement alimentaire du dromadaire sur la préservation des parcours du Sahara septentrional algérien. Cas de la région de Ouargla et Ghardaïa

Auteur : SLIMANI, Noureddine

Université de soutenance : Université Kasdi Merbah Ouargla

Grade : Doctorat en Sciences Agronomiques 2015

Résumé
Le présent travail a pour objectif d’étudier le rôle écologique que peut jouer le dromadaire dans l’espace pastoral saharien algérien à travers l’étude de son comportement alimentaire. Pour ce faire, notre démarche consiste à faire une étude floristique des parcours et suivre le comportement alimentaire du dromadaire dans son milieu naturel, et, par là, déterminer son régime alimentaire quantitativement et qualitativement, par la méthode de bouchée (sur terrain) et par l’analyse micro-histologique de ces fèces (étude coprologique). Les résultats obtenus, nous ont montré que l’étude floristique des différents sites de pâturage du dromadaire présente une richesse de 33 espèces, dont 20 vivaces et 13 éphémères, appartenant à 17familles, avec une variabilité saisonnière remarquable. Cependant, l’étude par suivi sur terrain et l’analyse coprologique, a montré que le régime alimentaire du dromadaire est très diversifié, et est composé de 23 espèces, dont 17 vivaces et 06 éphémères, appartenant à 13 familles botaniques et présentant une large variation saisonnière. L’étude quantitative des rations ingérées a permis de comptabiliser de 1 à 5 coups de dents au maximum pour chaque espèce, et d’estimer une quantité de coups de dents, variant de 0,72 à 3,9 g. Ceci a permis d’estimer les quantités totales, ingérées entre 2.94 et 17,2 kg de MS/jour, ce qui équivaut à 0,58 à 3,4 kg MS/ 100 kg de PV/jour. Le dromadaire a parcouru quotidiennement de grandes distances variant de 20.2 à 50.46 km, ce qui lui permet une meilleure exploitation du couvert floristique des immenses espaces sahariens, en plus de la dissémination des graines contenues dans les fèces dans de très grandes surfaces, contribuant, ainsi, à l’amélioration de la biodiversité des parcours sahariens. Ceci est d’autant plus consolidé par un indice de repas collectif entre 0 et 0.6, confirmant que cet animal valorise les plantes des parcours d’une façon éparpillée. Enfin, l’ensemble des résultats obtenus sur les comportements alimentaires du dromadaire nous permet d’estimer que cet animal, comparativement aux autres espèces d’élevages, présente un impact écologique positif, quant à la valorisation, l’exploitation rationnelle et la préservation du couvert floristique de parcours sahariens

Mots clés : dromadaire comportement alimentaire quantités ingérées plantes spontanées parcours sahariens dromedary feeding behavior feed intake spontaneous plants Saharan rangeland

Présentation

Version intégrale (4,5 Mb)

Page publiée le 1er février 2016, mise à jour le 10 octobre 2018