Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2015 → Étude de la diversité biologique des plantes cultivées des palmeraies de la région du Haut Oued Righ

Université Kasdi Merbah Ouargla (2015)

Étude de la diversité biologique des plantes cultivées des palmeraies de la région du Haut Oued Righ

ALLAM, Abdelkader

Titre : Étude de la diversité biologique des plantes cultivées des palmeraies de la région du Haut Oued Righ

Auteur : ALLAM, Abdelkader

Université de soutenance : Université Kasdi Merbah Ouargla

Grade : Doctorat en Sciences Agronomiques 2015

Résumé
Le présent travail a pour objectif la connaissance des ressources génétiques des plantes cultivées dans la région de Touggourt (Haut Oued Righ). La méthode adoptée consiste à un inventaire et connaissance des espèces et cultivars existants dans les exploitations des trois localités de la région à savoir : Témacine, Touggourt et Meggarine. Pour cela, 130 exploitations ont été échantillonnées à raison de 41 à 46 exploitations par zone. Les enquêtes entreprises ont révélé l’existence de 62 espèces réparties comme suit : 26 espèces maraîchères, 14 espèces fruitières, 6 espèces fourragères, 6 espèces condimentaires, 6 espèces médicinales et aromatiques, 3 espèces industrielles et 1 espèce céréalière. Du point de vue type de plantation, les résultats ont montré que les plus grandes diversités ont été enregistrées dans les exploitations traditionnelles et celles de mise en valeur de la zone de Touggourt avec respectivement 53 et 47 espèces. Quand à la faible diversité, elle a été enregistrée au niveau des exploitations agricoles individuelles EAI des trois zones, avec des effectifs de 27 espèces à Touggourt, 30 à Meggarine et 32 à Témacine. Concernant la diversité génétique, à l’exception de l’espèce figuier, aucune appellation variétale n’a été enregistrée. Notons que certains cultivars sont nommés localement par les agriculteurs de la région en se basant sur des caractéristiques morphologiques de la plante, sans aucune caractérisation scientifique. Pour ce qui est de la répartition spatiale, certaines espèces se trouvent dans la plupart des exploitations et occupent des superficies importantes, ce sont des espèces abondantes, c’est le cas du grenadier, de l’abricotier pour les arbres fruitier ; le pourpier, l’épinard ; l’ail et l’oignon pour les espèces maraîchères ; la luzerne pour les espèces fourragères, la coriandre pour les espèces condimentaires et la menthe pour les espèces aromatiques. Par contre, quelques espèces se trouvent dans quelques exploitations et occupent des superficies très réduites, c’est le cas de la vigne, le mil, le sorgho, le persil le céleri, le carthame et l’anis vert ; ces espèces sont menacées de disparition. D’autres espèces très anciennement cultivées, ne se trouvent nul par actuellement malgré leurs valeurs marchande élevée, nous citons le cas du fenugrec, le carvi, la nigelle. Selon les agriculteurs, ces espèces ne sont plus cultivées à cause de leurs charges des travaux d’entretien à l’exploitation. Enfin, cette étude a montré que la région de Touggourt est caractérisée par une richesse en plantes cultivées. Leur caractérisation, leur préservation et leur valorisation s’avèrent urgent.

Mots clés : Biodiversité palmeraie Touggourt ressources phytogénétiques érosion génétique

Présentation

Version intégrale (2,64 Mb)

Page publiée le 29 janvier 2016, mise à jour le 14 août 2018