Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2011 → Analyse et cartographie des risques naturels dans l’Algérois

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2011

Analyse et cartographie des risques naturels dans l’Algérois

Cheikh Lounis, Ghani ; Belhai, Djelloul

Titre : Analyse et cartographie des risques naturels dans l’Algérois

Auteur : Cheikh Lounis, Ghani ; Belhai, Djelloul

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Doctorat Sciences de la Terre et de l’Univers 2011

Résumé
Au niveau mondial, le risque d’inondation est le risque naturel le plus répandu, faisant de plus en plus de victimes et de dégâts. En Algérie, de tels phénomènes sont fréquents. L’Algérois est une région soumise à des aléas naturels très destructeurs tels que les inondations (Bab EL oued du 11 novembre 2001), les glissements de terrain et les séismes enregistrés par les chroniques historiques et dont le dernier en date est celui de Boumerdès. Nous nous intéressons en premier lieu à l’analyse et la cartographie du risque d’inondation au niveau des différents cours d’eau traversant l’Algérois (sous bassins versants du massif d’Alger, d’Oued Kniss, de Oued El Harrach et la plaine orientale de la Mitidja (sous bassins versants d’oued EL Hamiz et Réghaïa). Le bassin versant de Bab El Oued, Beni Messous ainsi que le littoral d’Ain Benian sont soumis au phénomène d’inondation. Une cartographie des zones inondables et des zones à risque est réalisée sur la base des données de terrains et paramètres physiques des bassins versants. L’étude hydrologique, ainsi que les caractéristiques géomorphologiques montre que l’Oued Kniss peut présenter en cas d’une averse exceptionnelle des crues torrentielles. Du point de vue vulnérabilité, les photos aériennes ainsi que les travaux de terrain, montrent que le lit mineur de l’oued est en grande partie urbanisé. Les voies de circulation aussi peuvent être très vulnérables, surtout en hiver lors des averses, où elles se transforment en des axes de drainage. La carte du risque d’inondabilité établie montre que l’Oued Kniss présente un risque assez important le long de son cours et surtout au niveau de l’embouchure. La carte d’aléa de la partie avale du bassin versant de l’oued El Harrach montre que la ville d’El Harrach est la plus exposée aux inondations. La plaine orientale de la Mitidja, fortement urbanisée dans sa partie septentrionale, est traversée par deux oueds importants : les oueds Réghaïa et Hamiz. Le long de ces cours d’eau des habitations anarchiques se sont développées au cours des dernières décennies. L’ajustement des séries de pluies journalières maximales à la loi de Gumbel a permis la détermination des précipitations maximales pour différentes périodes de retour. Un calcul des débits maximaux a permis d’évaluer sur des profils en travers le débordement le long des deux oueds. La carte d’aléa a permis de délimiter des zones inondables pour chaque sous-bassin versant. Nous présentons également dans ce travail les résultats des investigations H/V bruit de fond sismique effectuées sur les glissements de terrain d’El Achour, de Telemly (Alger), et sur les remblais/coulées de boue de Bab el Oued qui ont permis de déterminer la géométrie des couches et la profondeur de la surface de rupture. La formation marneuse plaisancienne sujette à ces instabilités a fait l’objet d’une analyse géotechnique détaillée. Nous avons démontré que la méthode H/V est concluante pour le cas des glissements dans les terrains meubles, alors que les résultats sont insuffisants dans le cas de massif rocheux fracturés et disloqués

Mots clés : Risques naturels : Cartographie : Algérie Inondations : Algérie Bassins hydrographiques : Algérie

Présentation (DSpace)

Page publiée le 12 avril 2016, mise à jour le 16 avril 2018