Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2000 → Contribution à l’étude de la végétation de la région de Tamanrasset (AHoggar)

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2000

Contribution à l’étude de la végétation de la région de Tamanrasset (AHoggar)

Boucheneb, Nacéra ép. Salmi

Titre : Contribution à l’étude de la végétation de la région de Tamanrasset (AHoggar)

Auteur : Boucheneb, Nacéra ép. Salmi

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Magister 2000

Résumé
Ce travail a été entrepris dans le but de contribuer à la connaissance phytosociologique de la végétation de l’Ahaggar et plus particulièrement celle de la région de Tamanrasset. La synthèse bioclimatique a permis de connaître les traits fondamentaux et les caractéristiques principales du climat de l’Ahaggar. Celui-ci est soumis à une double influence se traduisant par un caractère tantôt tropical tantôt tempéré. Cette région appartient à l’étage bioclimatique érémique moyen tropical avec une pluviosité moyenne annuelle de 46.6 mm. Sur le plan géomorphologique, les principaux habitats rencontrés sont essentiellement les oueds et leurs variantes, les fissures de rochers, les zones d’éboulis et plus rarement les nebkhas. Ces différents types géomorphologiques présentent le plus souvent (notamment les oueds ) une texture complexes les sables grossiers et fins, le gravier et la rocaille constituent la texture d’un même oued. Ce qui induit souvent, la présence d’espèces végétales d’écologie différentes et donc une structure complexe des groupements végétaux présents dans ces stations. Sur le plan floristique, l’Ahaggar présente une diversité floristique originale. Des éléments floritiques d’origine biogéographiques différentes composent la flore de cette contrée. Ainsi à la flore d’origine saharo-arabique (commune à l’ensemble du Sahara) se superpose une flore méditerranéenne confinée aux altitudes (supérieures à 1500 m) au coeur même des massifs montagneux. Ensuite, une flore d’origine tropicale qui se localise dans les oueds et les vallées environnantes et qui ne monte guère au delà de 1500 m d’altitude que par pied isolé (cas de certains Acacia). L’intrication de ces trois types de flores, auquel vient s’ajouter l’élément endémique marquant la personnalité propre de l’Ahaggar, font l’originalité et l’attrait de la végétation de cette contrée. Cette végétation que l’on rencontre le plus souvent le long des vallées, des lits d’oueds et des zones d’épandages qui entaillent le massif a été l’objet de cette étude, menée selon les principes de la méthode phytosociologique . Sur le plan phytosociologique, l’étude de la végétation a été entreprise suivant la méthode sigmatiste. Pour cela, nous avons couplé la collecte des données sur le terrain avec les techniques actuelles d’analyse numériques (AFC, CAH) assurant une objectivité certaine du traitement de ces données.

Mots clés : Ecologie végétale  ;AHoggar : végétation Végétation :tamnrasset tamnrasset : formation végétale

Présentation

Page publiée le 8 juin 2016, mise à jour le 22 septembre 2018