Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2003 → Etude de la symbiose entre rhizobium leguminosarum biovar trifolii et trifolium alexandrinum L (trèfle d’Alexandrie)

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2003

Etude de la symbiose entre rhizobium leguminosarum biovar trifolii et trifolium alexandrinum L (trèfle d’Alexandrie)

Sadji, Hamida

Titre : Etude de la symbiose entre rhizobium leguminosarum biovar trifolii et trifolium alexandrinum L (trèfle d’Alexandrie)

Auteur : Sadji, Hamida

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Magister Biologie 2003

Résumé
L’établissement de la symbiose entre Rhizobium leguminosarum biovar trifolii (souche LBS 107) et le Trifolium alexandrinum L. (Bersim) variété Tigri s’est révélé un phénomène rapide puisque les plantules de Bersim sont déjà nodulées 10 jours après leur inoculation. Cette interaction confère aux plantes de Bersim la propriété d’assurer l’essentiel de la couverture de leurs besoins en azote.Cette symbiose entre R. leguminosarum biovar trifolii et les trèfles (Trifolium spp) est un phénomène relativement répandu dans les sols d’Algérie. En effet, les 37 légumineuses (21 espèce) du genre Trifolium, prélevées sur le terrain, se sont montrées nodulées et fixatrices d’azote. De même, 30 sols provenant de différentes localités de différents étages bioclimatiques d’Algérie se sont révélés, ex-situ, capables d’induire la formation des nodules efficients chez les plantules de Bersim. L’utilisation de ces deux stratégies d’évaluation, in-situ et ex-situ, du pool de Rhizobium des sols d’Algérie vis-à-vis du Bersim nous a permis de montrer que : -le souchier issu du piégeage est dans l’ensemble plus performant sur, le plan symbiotique que celui issu de l’extraction. Cette supériorité résulte du fait que dans le piégeage , la plante sélectionne à partir du pool rhizobien du sol qui la supporte la souche avec laquelle elle a le plus d’affinité. Alors que dans le cas de la méthode " extraction " , on impose au Bersim une souche sélectionnée par un autre trèfle. -l’analyse par taxonomie numérique des profils phénotypiques (110 caractères) des souches de Rhizobium associées au Bersim indique que les deux variétés testées semblent sélectionner des pools de R leguminosarum biovar trifolii différente.

Mots clés : Ecobiologie Rhizobium, legumiosarum biovar Trifoli

Présentation (DSpace)

Page publiée le 30 mars 2017, mise à jour le 26 septembre 2018