Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2005 → Contribution à la conservation et la propagation des plantes rares

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2005

Contribution à la conservation et la propagation des plantes rares

Benassel, Naima

Titre : Contribution à la conservation et la propagation des plantes rares

Auteur : Benassel, Naima

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Magister Biologie 2005

Résumé
L’étude a porté sur un arbuste se trouvant en un seul pied au niveau du Jardin d’Essai du Hamma d’Alger. Cet arbuste est connu sous le nom de Crescentia nigripes, mais l’étude bibliographique et l’observation d’une coupe transversale au niveau de l’ovaire, confirme que l’arbuste appartient à un autre geme et à une autre espèce. Il s’agit de l ’e-spèœ AJJ’lf-1hitecn.a macrcphJ>·lla. C’est une Bigrwnia-ceae originaire du ’lexique, elle est menacée d’extinction même dans son pays d’origine. La stratégie adoptée pour sauvegarder cette espèce, est d’étudier en un premier temps la biologie de la reproduction (floraison et systètne de reproduction), ensuite de la multiplier par graine et par la technique de culture in vitm. Les résultats obtenus révèlent que cette espèce est caracté1isée par une floraison abondante par rapport à un taux de nouaison très faible. Ceci n’est pas du à la non pollinisation des fleurs cm· 1 ’analyse de la fertilité du pollen a montré que le taux de viabilité est très élevé. Ainsi que l’observation au microscope à fluorescence des gynécées autopollinisés librement et manuellement, a montré que les grains de pollen germent au niveau du stigmate et les tubes polliniques progressent jusqu’à 1 ’ovaire pour féconder les ovules. L’étude de la germination des graines, a montré que ces dernières ont un pouvoir germinatif très élevé (lOO%) mais leur longévité est très courte. Par conséquent, e1les ne peuvent être conservées ni à température ambiante ni en chambre fi·oide. L’étude de la multiplication de l’espèce par la culture in vitro, a montré qu’il est possible d’obtenir une organogenèse (caulogenèse et rhizogenèse) par la voie directe par :la culture de fragments de tiges et de coiiet et par ia voie indirecte (cuiture d’embryons excisés de graines matures) dans le milieu MS additionné de 1 mg.r 1 de 1’ ""\’A. i

Mots clés : Plantes rares Plantes : Multiplication Bignoniacées Plantes : Multiplication in vitro

Présentation

Page publiée le 20 avril 2016, mise à jour le 4 octobre 2018