Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2011 → Utilisation de tests biologiques (plantes) dans l’évaluation de l’écotoxicité potentielle des eaux et des sédiments du lac de Reghaïa

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2011

Utilisation de tests biologiques (plantes) dans l’évaluation de l’écotoxicité potentielle des eaux et des sédiments du lac de Reghaïa

Khelif, Leïla

Titre : Utilisation de tests biologiques (plantes) dans l’évaluation de l’écotoxicité potentielle des eaux et des sédiments du lac de Reghaïa

Auteur : Khelif, Leïla

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Magister Biologie 2011

Résumé
La zone humide du lac de Réghaïa, représente aujourd’hui l’unique vestige de la plaine de la Mitidja autrefois marécageuse. Ce site d’importance écologique et de dimension internationale est menacé par diverses pressions anthropiques (pompage de l’eau, pollution domestique, industrielle et agricole). Il est, ainsi, important d’assurer un suivi de la qualité des eaux et des sédiments de cet écosystème aquatique. Au cours de ce travail, nous avons utilisé une approche écotoxicologique présentant de multiples avantages tels que le moindre coût et la considération de tous les polluants en tenant compte de leur synergie et leur antagonisme. Cette approche se base sur la mesure des effets induits par les polluants sur des organismes vivants, selon un protocole normalisé. Il s’agit de tests écotoxicologiques, dénommés tests biologiques ou biotests ou bioessais. Pour nos tests, nous avons utilisé une dicotylédone (trèfle d’Aléxandrie, Trifolium alexandrinum) et une monocotylédone (avoine cultivée, Avena sativa). Différents paramètres ont été mesurés après traitements avec les eaux et les sédiments du lac : germination, croissance, taux de survie, teneurs en protéines, chlorophylles et proline, ainsi que l’activité anti-oxydante de la catalase. Des résultats obtenus, il en découle qu’une forte pollution est observée en amont au niveau des affluences des Oueds El Biar et Réghaïa. Une toxicité des eaux et des sédiments est également observée en aval du lac c-à-d au niveau de la digue. Il est remarquable de noter une assez bonne qualité des eaux et des sédiments au sein même du lac, ce qui traduit une bonne capacité d’autoépuration. Cette dernière est réalisée grâce aux multiples sources qui alimentent ce lac et assurent, ainsi, une dilution des polluants.

Mots clés  : Bioessais, pollution, lac de Réghaïa, eaux, sédiments, Trifolium alexandrinum, Avena sativa, proline, catalase.

Présentation

Page publiée le 21 février 2016, mise à jour le 24 septembre 2018