Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Niger → La zone pastorale de l’Eghazer (Nord - Ingall - Niger) : condtions pour la mise en place d’une cogestion des ressources végétales dans le cadre d’un développement et d’une conservation durables

Université de Niamey (2015)

La zone pastorale de l’Eghazer (Nord - Ingall - Niger) : condtions pour la mise en place d’une cogestion des ressources végétales dans le cadre d’un développement et d’une conservation durables

Afane, Abdoulkader

Titre : La zone pastorale de l’Eghazer (Nord - Ingall - Niger) : condtions pour la mise en place d’une cogestion des ressources végétales dans le cadre d’un développement et d’une conservation durables

Elaboration of a joint management system for vegetable resources in the Northern Ingall area

Auteur : Afane, Abdoulkader

Université de soutenance : Université de Niamey co tutelle Université Grenoble Alpes

Grade : Doctorat : Géographie : 2015

Résumé
Face aux changements globaux et sociaux qui perturbent les conditions de vie des éleveurs de la zone pastorale du nord Niger, quelle contribution peut-on apporté pour une gestion durable des ressources végétales ? C’est à cette question que cette thèse tente de répondre dans le contexte de la plaine de l’Eghazer, véritable poumon régulateur de l’élevage pastoral du Niger, située au nord de cette zone pastorale du pays. Chaque année, à partir de juillet de nombreux transhumants venant du sud affluent dans la zone pastorale de l’Eghazer rejoignant ainsi les éleveurs locaux. Cette migration estivale appelée « Cure salée » vise à l’exploitation des pâturages saisonniers riches en sels minéraux très appréciés par les pasteurs. Ces ressources pastorales riches et variées, même si elles sont très variables en fonction des années, font de l’Eghazer, l’une des dernières zones de grande concentration saisonnière des éleveurs. Localement, la pression sur les terres et les ressources se fait de plus en plus forte et la durabilité du système parait compromise. La recherche a été conduite en faisant appel à des méthodes de cartographie, d’étude de la végétation, d’enquêtes quantitatives et qualitatives le plus souvent participatives. Ce travail a montré que les pasteurs ont développé un ensemble de connaissances sur les ressources végétales leur permettant de résister aux conditions difficiles de la pratique du pastoralisme en milieu aride. Ces savoirs locaux se traduisent également dans une description détaillée du milieu s’appuyant sur des critères topographiques, géomorphologiques et fonctionnels, et que l’appréciation en termes de qualité de pâturage dépend de facteurs d’importance variable selon les saisons. Il ressort par ailleurs que ces savoirs traditionnels peuvent être combinés avec les connaissances scientifiques dans l’élaboration de carte de paysages, élément principal de cogestion. Enfin, l’étude des pâturages à travers les deux appréciations (scientifique et vernaculaire) a permis de connaître l’état de la ressource pastorale, notamment de la végétation. Elle a également mis en évidence les zones prioritaires d’interventions dans la zone pastorale de l’Eghazer. Le croisement de ces savoirs vernaculaires des pasteurs avec les connaissances scientifiques peut être un atout favorable à la mise en place d’un dispositif de cogestion des pâturages de l’Eghazer.

Sujets : Pasteurs — Niger — Pastoralisme — Écologie des pâturages — académiques – Azawagh — Cartes des paysages — Savoirs locaux — Ressources végétales — Domaine pastoral

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 9 mars 2016, mise à jour le 7 août 2017