Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2014 → Potentialités hydriques de l’aquifère alluvial du Bas Sébaou (W.de Boumerdès)

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2014

Potentialités hydriques de l’aquifère alluvial du Bas Sébaou (W.de Boumerdès)

Aigoun, Chabane

Titre : Potentialités hydriques de l’aquifère alluvial du Bas Sébaou (W.de Boumerdès)

Auteur : Aigoun, Chabane

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Magister Sciences de la Terre et de l’Univers 2014

Résumé
L’aquifère alluvial du Bas Sébaou se situe dans la partie aval du bassin versant de l’Oued Sébaou dont l’exutoire débouche sur la mer Méditerranée. Il s’agit d’un réservoir de forme allongée, d’orientation NS et dont la matrice pétrographique hétérogène, d’âge quaternaire, est composée d’alluvions (graviers, sables, argiles et limons) reposant sur un substratum marneux daté du Miocène. Son extension latérale, souvent large, donne lieu à des terrasses emboîtées cumulant une épaisseur moyenne de 60m et constituant des terrains très favorables à l’agriculture. Ses potentialités hydriques et en gisement de sables appréciables, ont toujours suscité des pressions anthropiques de nature à porter atteinte, tant au volume des réserves en eaux qu’à la qualité de celles-ci. Ainsi, des conséquences regrettables et de portée durable sont constatées : installation de l’invasion marine souterraine et superficielle, réduction du débit d’AEP, diminution du rendement agricole, ablation des berges, vulnérabilité vis-à-vis de la pollution, menace de stabilité de certains ouvrages (ponts) et constructions riveraines. Le présent travail est une contribution à une appréciation pertinente de l’état des lieux par la quantification des réserves et de l’avancée inexorable de la salinisation, sur la base de mesures et d’observations sur le terrain et de résultats d’analyses chimiques des eaux souterraines et superficielles. Après la caractérisation physiographique, l’étude climatique faisant appel à un arsenal de méthodes d’approche, révèle un bilan hydrologique équilibré où le déficit d’écoulement (ETR) représente une part très importante (575 mm) par rapport aux précipitations (775 mm). Le volet hydrodynamique, par le biais de cartes piézométriques, montre que l’Oued draine la nappe et parfois, c’est le scénario inverse qui s’observe. Le battement du niveau piézométrique n’est pas très élevé (1m), cependant, deux dépressions associées à la surexploitation, sont remarquables en aval. Les paramètres hydrodynamiques que sont la transmissivité T(7,68.10-2 m2/s) et la perméabilité K(1,38.10-3 m/s) déduits des essais de débit, s’avèrent intéressants. Quant à la qualité chimique de l’eau, l’aval reste influencé par la proximité de la mer par les voies souterraine et superficielle. En amont, le faciès des eaux est "bicarbonaté calcique" tandis qu’en aval, il est "chloruré calcique". L’examen des résultats d’analyses chimiques, des rapports entre les éléments majeurs dans la minéralisation, de l’indice d’échange de base et des valeurs de conductivité élevées, confirme la présence du phénomène de salinisation d’aval en amont. La détermination du SAR (sodium adsorption ratio) alerte sur l’utilisation des eaux, en irrigation. Paradoxalement, devant cette situation qui s’empire quotidiennement, une proposition de solution qui consiste en une série d’aménagements (seuils en travers) à même de contrer l’avancée de la mer et de favoriser l’alluvionnement sur le parcours du Bas Sébaou, déjà mise au point, attend depuis 2004 d’être mise en œuvre !

Mots clés : Géomorphologie : Boumerdès (Algérie) Aquifères : Boumerdes (Algérie ; wilaya) Hydrologie : Boumerdès (Algérie ; wilaya) Eaux souterraines

Présentation

Page publiée le 6 mai 2016, mise à jour le 15 janvier 2018