Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2014 → Evaluation de la vulnérabilité des bassins versants algériens du à la variabilité climatique en : cas des basins versant côtier Oranais et la Tafna

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2014

Evaluation de la vulnérabilité des bassins versants algériens du à la variabilité climatique en : cas des basins versant côtier Oranais et la Tafna

Felih, Souad

Titre : Evaluation de la vulnérabilité des bassins versants algériens du à la variabilité climatique en : cas des basins versant côtier Oranais et la Tafna

Auteur : Felih, Souad

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Magister Sciences de la Terre et de l’Univers 2014

Résumé
Les changements climatiques constituent aujourd’hui une menace incontournable pour l’environnement et le développement durable. Selon le quatrième rapport d’évaluation du GIEC 2007, « les pays pauvres notamment l’Afrique seront les plus vulnérables du fait de leurs capacités d’adaptation limitées et leur grande dépendance de ressources à forte sensibilité climatique telle que les ressources en eau et les systèmes de production agricole.des déséquilibres climatiques seront enregistrés et se traduiront par des changements et perturbations du climat : plus pluvieux et plus sec ». A l’horizon 2020, prés de 75 à 250 millions de personnes en Afrique seront exposées à une pénurie d’eau du fait du changement climatique. Une telle menace oblige tous les états de la planète d’analyser ces changements et de préconiser les mesures urgentes et prioritaires pour faire face à un tel désastre. Ce travail présente la méthodologie d’approche d’évaluation de la vulnérabilité des bassins versants face aux changements climatiques. Un diagnostic et un bilan de la situation actuelle est établi pour prévoir une stratégie bien adaptée. Le bassin versant de Tafna-Côtier Oranais sont caractérisés par une aridité du climat et une limitation des ressources dûes aux faibles pluies. L’analyse de la variabilité des précipitations pour la période allant de 1970 à 2004, a montré une tendance générale à la baisse. Les déficits enregistrés des précipitations atteignent parfois 36% (au centre du bassin versant dans la région d’Ain Temouchent). De plus ces précipitations sont caractérisées par des irrégularités saisonnières.
L’évaluation de la vulnérabilité à la sécheresse climatique, agricole et à l’érosion met en exergue quatre classes de vulnérabilité (faible, moyenne, forte et très forte) :  35 % de la superficie de la région d’étude est classé fortement vulnérable : (vulnérabilité forte et très forte)  65 % est classée moyennement vulnérable :( vulnérabilité faible et moyenne) Les répercutions se manifestent par :  Une baisse des ressources en eau, Les résultats de l’analyse des pluies montrent bien qu’à partir des années 80 une baisse des précipitations. On note une réduction de la vitesse des écoulements annuels des eaux de surface (moins d’apports aux barrages et aux nappes) due à la baisse des précipitations moyennes de 07 à 08% et une hausse des températures moyennes de 0,4°C  Une baisse des rendements agricoles, - Les résultats de l’Indice Standardisé de Précipitation ont montré que la situation climatique de notre zone d’étude se caractérise par des années sèches qui présentent un taux de 41%, contre 37% d’années humides, le reste c’est-à-dire 22% représente les années normales. - Les impacts de la vulnérabilité se manifestent aussi sur la dégradation du couvert végétal, la disparition de certaines espèces végétales d’où l’augmentation des feux de forêts ; l’aggravation du processus de l’érosion accentuée par une forte évaporation et des pluies torrentielles ;

Mots clés : Basins hydrographique : Tafna vallée de la (Algérie) Developpement durable : Tafna vallée de la (Algérie) Sécheresse : Tafna vallée de la (Algérie)

Présentation

Page publiée le 8 avril 2016, mise à jour le 16 janvier 2018