Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → Étude de la faune entomologique associée au chêne vert (Quercus ilex L.) dans la forêt de Tafat (Sétif, Nord-est d’Algérie) et bio-écologie des espèces les plus représentatives

Université Ferhat Abbas de Sétif (2010)

Étude de la faune entomologique associée au chêne vert (Quercus ilex L.) dans la forêt de Tafat (Sétif, Nord-est d’Algérie) et bio-écologie des espèces les plus représentatives

BENIA Farida

Titre : Étude de la faune entomologique associée au chêne vert (Quercus ilex L.) dans la forêt de Tafat (Sétif, Nord-est d’Algérie) et bio-écologie des espèces les plus représentatives

Auteur : BENIA Farida

Université de soutenance : Université Ferhat Abbas de Sétif

Grade : Doctorat d’Etat es-Sciences Biologie Animale 2010

Résumé
La forêt domaniale de Tafat, dans la commune de Bougaa, est située dans l‟étage bioclimatique subhumide. Elle est naturelle et présente une physionomie très variée. Le chêne vert (Quercus ilex L.) occupe 80% du recouvrement végétal. Cet arbre robuste et résistant est soumis à de multiples facteurs de dégradation dont celui des Insectes qui peuvent etre phyllophages, xylophages ou suceurs de sève. L‟analyse biotique de la faune entomologique de cette forêt a permis de dresser un inventaire représentant les espèces récoltées au cours des sorties effectuées de l‟année 2002 à l‟année 2008. Les résultats ont permi de mettre en évidence la présence de 14 ordres répartis en 125 familles comportant 231 espèces dont 170 ont été déterminées. Cinq ordres principaux, Coléoptères, Hyménoptères, Hémiptères, Diptères et Lépidoptères représentent à eux seuls 152 espèces, tandis que les Collemboles, Psocoptères, Thysanoptères, Trichoptères, Dictyoptères, Zygentoma, Nevroptères, Dermaptères et Orthoptères sont peu représentatifs avec un nombre d‟espèces inférieur à 10. L‟étude de la dynamique des populations a montré que les espèces sont à leur optimum au mois de Mai et Juin. L‟etude bio-écologique de deux espèces Dryomyia lichtensteini (Diptère) et Mesopolobus lichtensteini (Hyménoptère) permet d‟avancer que ces deux espèces sont univoltines et que Dryomyia est gallicole tandis que Mesopolobus est parasitoide de ce même insecte. Parmi les espèces les plus représentatives par leur originalité, citons les Hyménoptères gallicoles dont le rôle n‟est pas à négliger ; Parmi ces gallicoles, pour la première fois ont été citées au niveau du continent Africain les espèces Plagiotrochus gibbosus, Plagiotrochus razeti, Plagiotrochus vilageliui, Plagiotrochus yeusei accompagnée de son commensal Synergus crassicornis non connu dans le même continent. L‟espèce Plagiotrochus amenti citée pour la première fois en Algérie et très nuisible, est inféodée au chêne liège, mais retrouvée sur le chêne vert, transportée par le vent et l‟espèce Orussus taorminensis de la famile des Orussidae parasitoides des larves de Coléoptères dont les Buprestidae et d‟Hyménoptères, est également citée pour la première fois en Algérie et pour la seconde fois sur le continent Africain. Notons que la forêt de Tafat est un milieu riche et non encore exploité.

Version intégrale

Page publiée le 25 mars 2016, mise à jour le 12 avril 2018