Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2014 → Cartographie et évolution de l’état actuel du biseau salé de la baie d’Alger et son impact sur l’AEP (champ de captage du Hamiz) et l’industrie (champ de captage de Rouiba)

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2014

Cartographie et évolution de l’état actuel du biseau salé de la baie d’Alger et son impact sur l’AEP (champ de captage du Hamiz) et l’industrie (champ de captage de Rouiba)

Makhlouf, Nouara épse. Behiri

Titre : Cartographie et évolution de l’état actuel du biseau salé de la baie d’Alger et son impact sur l’AEP (champ de captage du Hamiz) et l’industrie (champ de captage de Rouiba)

Auteur : Makhlouf, Nouara épse. Behiri

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Magister Sciences de la Terre et de l’Univers 2014

Résumé
Il est évident que les systèmes aquifères littoraux se déversent vers la mer comme il est connu dans le cycle de l’eau. Le niveau piézométrique de ces nappes d’eau douce se retrouve au-dessus de celui de la mer et le lieu de rencontre de ces deux liquides est définit par une zone limite au niveau de laquelle se produit un équilibre hydrostatique. Toute exploitation intensive des nappes côtières déprime la surface piézométrique à des côtes inférieures au niveau de la mer et rompe la zone limite eau douce-eau salée en provoquant ainsi le phénomène d’invasion marine vers les régions côtières tributaires des eaux souterraines pour leur approvisionnement en eau et qui a pour effet la dégradation des sols.La délimitation de l’interface eau douce-eau salée est très compliquée à déterminer, ce qui rend la lutte contre ce problème délicat, difficile. Pour la Baie d’Alger, ce problème s’est peu posé dans le passé par contre durant les dernières années et avec l’augmentation des besoins en AEP, l’industrie et l’irrigation, nous avons observé une importante extension du phénomène, engendré par la surexploitation anarchique de la nappe alluviale. Afin d’identifier au mieux l’avancée du front salé et son évolution au niveau de la baie d’Alger, nous avons procédé à desapproches diversifiées.C’est pourquoi, nous avons adopté une démarche méthodologique structurée en trois parties : La première présentera les caractéristiques générales du milieu récepteur. Elle traitera dans un premier chapitre du contexte géographique délimitant la zone d’étude, géomorphologique mettant en évidence les unités morphologique qui composent la zone d’étude et qui accélère d’avantage la problématique de ce sujet et un contexte climatique identifiant le bassin versant et ses principaux oueds, par la suite on définit la chronique pluviométrique et les différentes éléments du bilan hydrique que nous pourrions les grouper et les comparer avec les prélèvements inventoriés dans le secteur d’étude. Dans un deuxième chapitre Les conditions géologiques seront élaborés pour mettre en place les différentes formations géologique traçant le toit, le Mur de l’aquifère étudié et l’encaissant de ce dernier, dans un chapitre hydrogéologiques on évoquera la monocouche formée par les deux aquifères sus-jacents l’Astien et le quaternaire qui est exposée à l’invasion marine.

Mots clés : Aquifères Formation (géologie) Piézométrie Hydrogéologie : Mitidja (Algérie)

Présentation

Page publiée le 31 mars 2016, mise à jour le 17 janvier 2018