Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2010 → Etude comparative des méthodes d’estimation du rayonnement solaire

Université Ferhat Abbas de Sétif (2010)

Etude comparative des méthodes d’estimation du rayonnement solaire

NIA Mohamed

Titre : Etude comparative des méthodes d’estimation du rayonnement solaire.

Auteur : NIA Mohamed

Université de soutenance : Université Ferhat Abbas de Sétif

Grade : Magister : Energétique et Mécanique des Fluides 2010

Conclusion
L’énergie solaire est l’une des plus importantes parmi les diverses sources d’énergies possibles. Une connaissance précise de distribution de la radiation solaire à un endroit géographique donné est d’une importance majeure pour le développement des dispositifs d’énergie solaires et pour l’évaluation de leurs performances. Hélas, pour beaucoup de pays en voie de développement les mesures de l’irradiation solaire ne sont pas facilement disponibles. Il est donc, important d’élaborer des modèles d’estimation de l’irradiation solaire sur la base des données astronomiques et météorologiques. L’Algérie est un pays de soleil par excellence. Le nombre des heures d’insolation s’élève à presque 3300h/an. Le climat est très favorable pour l’exploitation de l’énergie solaire dans différents domaines, mais la distribution de l’irradiation solaire n’est pas bien connue. Le but de ce travail est d’appliquer différents modèles à différents sites algériens pour estimer l’irradiation solaire globale et de faire une étude comparative entre les résultats obtenus. Le présent travail est réparti en quatre chapitres. Dans le premier chapitre nous avons exposé quelques connaissances de base sur le soleil, nous avons la répartition du rayonnement solaire à la limite extérieure de l’atmosphère et évalué les différentes modifications que subisse le rayonnement solaire à sa traversée de la couche atmosphérique. Au second chapitre nous avons exposé les relations liant la position du soleil, la latitude et l’angle horaire. Nous avons mis en évidence les différentes procédures de calcul de l’irradiation solaire globale sur une surface horizontale hors atmosphère et au sol. Dans le troisième chapitre nous avons présenté différents modèles afin d’estimer l’irradiation solaire globale en utilisant différents paramètres climatiques. Le dernier chapitre est réservé aux résultats obtenus par l’application de ces modèles et à une étude comparative entre les résultats obtenus. La moyenne mensuelle de l’irradiation solaire globale sur une surface horizontale pour les quatre sites d’Alger, Oran, Bechar et Tamanrasset a été estimée en utilisant plusieurs modèles, dans ces modèles plusieurs grandeurs ont étés utilisées à savoir la fraction d’insolation, la température moyenne de l’air, l’humidité relative moyenne de l’air et la saison (pour la logique floue). En fin une analyse statistique est faite en employant l’écart relatif moyen algébrique, absolu et quadratique. Alors une bonne concordance entre les valeurs mesurées et celles estimées par les différents modèles est très remarquable, ce qui nous mène donc à dire, que ces modèles peuvent êtres utilisés pour estimer l’irradiation solaire globale pour des endroits dont les climats sont similaires à ceux des quatre sites cependant les meilleurs résultats sont obtenus par le modèle des réseaux de neurones artificiels.

Lien vers la thèse en version intégrale

Page publiée le 24 avril 2016, mise à jour le 16 septembre 2018