Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2014 → Application des mycorhizes arbusculaires en culture maraîchère cas de la pastèque (Citrullus lanatus)

Université Ferhat Abbas de Sétif (2014)

Application des mycorhizes arbusculaires en culture maraîchère cas de la pastèque (Citrullus lanatus)

HAMZA Nabila

Titre : Application des mycorhizes arbusculaires en culture maraîchère cas de la pastèque (Citrullus lanatus)

Auteur : HAMZA Nabila

Université de soutenance : Université Ferhat Abbas de Sétif

Grade : Magister en Biologie Végétale 2014

Résumé
Des expériences ont été menées pour évaluer le bénéfice potentiel de la mycorhization sur une culture maraichère : la pastèque (Citrullus lanatus) durant les saisons de 2012 et 2013. Des essais comparatifs en conditions contrôlés de serre sur le mode d’inoculation avec des spores de CMA indigènes, des CMA allogène de commerce et la microflore naturelle d’un sol cultivé de la pastèque ont été effectués. Des applications d’inoculum mycorhizogène de commerce dans les conditions pratiques de plein champ ont été opérées sur deux sites. Le champ Ben Amar sans apport d’engrais de synthèses et le champ El Karma qui a été traité ou non à NPK, appliquées à des doses recommandées couramment utilisées par les agriculteurs (100% NPK) et à des doses réduites (50 %NPK). Les mesures relevées ont concernées des paramètres de croissance, rendement calibre et nombre de fruits. Les résultats ont révélés qu’en conditions contrôlées, l’inoculum de commerce était significativement le plus efficace, de même que les espèces de champignons du genre Glomus se sont avérées bénéfiques, d’où l’intérêt de renforcer les populations naturelles mycorhizogènes présentes dans les sols agricoles par des apports supplémentaires de CMA pour palier à leur perte dû aux pratiques culturales. En plein champ l’inoculation a eu des effets bénéfiques sur la croissance des plants de pastèques et le rendement. L’apport supplémentaire de CMA Combiné à l’engrais chimique 50 % NPK des doses recommandées donne les meilleurs résultats en matière de gain de rendement. Toutefois, l’application des mycorhizes seules ne vont pas pouvoir rivaliser les engrais de synthèse en agriculture maraichère, mais pourraient diminuer leurs applications et ainsi améliorer le rendement tout en préservant l’environnement.

Mots clés : Mycorhizes, champignon mycorhizogène à arbuscule, Citrullus lanatus, biofertilisation, agriculture durable, réduction de fertilisation chimique.

Présentation

Version intégrale (3,76 Mb)

Page publiée le 12 avril 2016, mise à jour le 22 septembre 2018