Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → Contribution à l’étude de la tolérance des plantes épuratrices dans l’épuration des eaux usées : stratégie et application

Université Badji Moktar de Annaba (UBMA) 2015

Contribution à l’étude de la tolérance des plantes épuratrices dans l’épuration des eaux usées : stratégie et application

Derradji Manel

Titre : Contribution à l’étude de la tolérance des plantes épuratrices dans l’épuration des eaux usées : stratégie et application

Auteur : Derradji Manel

Université de soutenance : Université Badji Moktar de Annaba (UBMA)

Grade : DOCTORAT Spécialité : TOXICOLOGIE 2015

Résumé
Depuis l’antiquité, la population déverse ses eaux usées, provenant de ses diverses activités, directement dans les milieux récepteurs sans aucun traitement en favorisant la propagation des maladies hydriques, et la contamination des eaux de surface et souterraine, la ville d’Annaba (Nord-est algérien) n’échappe pas à ce fléau, en effet elle contient des sites de rejet qu’ils ne sont pas liés à la station d’épuration de cette ville. Notre travail traite dans un premier lieu la caractérisation et l’évolution saisonnière des paramètres physico-chimiques et bactériologiques de la pollution engendrée par la population urbaine de la ville d’Annaba, trois sites ont été prospectés site 1 (Boukhadra), site 2 (El Bouni) et site 3 (Oued Forcha). Dans un second lieu, nous avons mis en évidence les potentialités de Phragmites australis plante aquatique à épurer les eaux usées de site 2 (El Bouni) ainsi que le rôle des substrats (sable, gravier) dans la performance de l’épuration. Et enfin, nous avons évalué la tolérance de cette plante épuratrice, en mesurant l’activité des principaux enzymes impliqués lors d’un stress oxydant. Les analyses effectuées depuis Mars 2012 jusqu’à Février 2013, ont révélé une pollution organique qui se traduit par des DBO5 et des DCO élevées pouvant atteindre respectivement 140,66 ± 26,62 mg/l d’O2 et 298,83 ± 84,40 mg/l d’O2 dans le site 1, au niveau du site 2 est de l’ordre de 147,16 ± 33,10 mg/l d’O2 pour la DBO5, et de 280 ± 55,67 mg/l d’O2 pour la DCO et au niveau du site 3 la charge polluante est représentée par 149,5 ± 22,71 mg/l d’O2 de DBO5 et 287,33 ± 19,09 mg/l d’O2 de DCO. En ce qui concerne les MES leurs moyennes annuelles dans les trois sites sont respectivement : 352,83mg/l ; 340,83mg/l et 369,26mg/l elles dépassent largement la norme algérienne (50mg/l). Le rapport moyen annuel DBO5/DCO est de l’ordre de 0,47 pour le site 1, de 0,52 pour le site 2 et de 0,50 pour le site 3. Ce résultat permet de conclure que les eaux usées des trois sites (Boukhadra, El Bouni et Oued Forcha) sont caractérisées par une pollution de type organique chargées par des effluents partiellement dégradables. L’efficacité du procédé « phragmifiltre » appliqué dans l’épuration des eaux usées est confirmé par les résultats d’abattement trouvés : 90 % pour la DCO, 92 % pour la DBO5, et 95 % pour les MES. Cet abattement de la pollution organique est remarquable après 14 jours de rétention. Aussi, il est important de signaler que ce procédé porte préjudice à la flore à contamination fécale en effet, nous avons enregistré un abattement de 100 % pour les streptocoques fécaux. Les Phragmites australis ont été retenus pendant 7 et 14 jours dans les eaux usées du site El Bouni, nous avons cherché à évaluer les effets du stress sur la tolérance de ces plantes épuratrices. Sur le plan biochimique, nous avons obtenu une augmentation dans les taux des protéines totales, des sucres totaux, et la teneur en proline. Concernant les paramètres enzymatiques nous avons constaté une forte activation des enzymes antioxydants (APX, GPX, CAT), pour les biomarqueurs non enzymatiques on a noté une augmentation des taux de MDA au niveau des feuilles et des racines.

Mots clés  : Annaba, eaux usées, phytorestauration, Phragmites australis, enzymologie.

Version intégrale (Université)

Page publiée le 1er mars 2016, mise à jour le 17 avril 2018