Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2010 → Etude de l’érosion et du transport solide dans le bassin versant de l’Oued Kébir Est Nord-Est Algérien

Université Badji Moktar de Annaba (UBMA) 2010

Etude de l’érosion et du transport solide dans le bassin versant de l’Oued Kébir Est Nord-Est Algérien

TOURKI Mahmoud

Titre : Etude de l’érosion et du transport solide dans le bassin versant de l’Oued Kébir Est Nord-Est Algérien

Auteur : TOURKI Mahmoud

Université de soutenance : Université Badji Moktar de Annaba (UBMA

Grade : Magister Hydraulique 2010

Résumé
La présente étude tente de quantifier l’érosion et les transports solides en suspension dans le bassin versant de l’Oued Kébir Est situé au Nord-est algérien, sur une période d’observation de 24 années (1975/76-1998/99). Les conditions topographiques, lithologiques, l’occupation des sols, les situations climatiques et hydrologiques ayant favorisé l’érosion de chaque milieu physique sont prises en compte et les zones potentiellement productives de matériaux (érosion des versants et des berges) sont identifiées et interprétées en s’appuyant sur l’analyse semi-quantitative. Le transport des sédiments en suspension des crues prélevées a été calculé en utilisant d’autres concentrations estimées à partir de l’analyse de régression des crues étudiées. Une tentative de subdivision de l’ensemble des individus en concentrations moyennes journalières et débits liquides moyens journaliers a été réalisée en utilisant la méthode des classes des débits et ce afin d’établir les courbes de transport solide. Le débit solide spécifique moyen annuel pendant les crues des 24 ans de la période étudiée est de 871 T/km²/an. Le bassin versant de l’Oued Kébir Est présente des écoulements de surface forts et l’érosion y est très élevée. Le débit solide élevé pourrait être expliqué par un taux également élevé des terrains agricoles développés sur des sols marno-limoneuxargileux peu profonds en pentes dépassant 12% et un couvert forestier assez dégradé. La détermination de relations générales de fonctionnement hydrosédimentaire (relations entre les flux sédimentaires et les paramètres physico-climatiques et hydrologiques) s’est basée principalement sur deux aspects : Relations entre le débit solide, les paramètres de l’écoulement, la pluviométrie et relations entre le débit liquide et la concentration (hystérésis). Les méthodes statistiques et cartographiques utilisées dans cette étude ont montré que le bassin de l’Oued Kébir Est est un milieu très touché par l’érosion. La quantification semiquantitative de l’érosion hydrique est basée sur trois facteurs principaux : la friabilité du substratum rocheux, le degré de pente et la densité du couvert végétal. Dans le but de protéger le milieu physique exposé à l’érosion hydrique, nous avons souligné la nécessité d’intervenir sur les zones à forte sensibilité et procédé à l’étude générale de l’impact du phénomène sur les barrages situés dans notre zone d’étude.

Version intégrale (Université)

Page publiée le 8 mars 2016, mise à jour le 16 septembre 2018