Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2015 → Evaluation des ressources en eau superficielle dans le bassin versant de l’oued Zhor. étude de faisabilité d’un barrage

Université Badji Moktar Annaba (UBMA) 2015

Evaluation des ressources en eau superficielle dans le bassin versant de l’oued Zhor. étude de faisabilité d’un barrage

Chouit Zahira

Titre : Evaluation des ressources en eau superficielle dans le bassin versant de l’oued Zhor. étude de faisabilité d’un barrage

Auteur : Chouit Zahira

Université de soutenance : Université Badji Moktar de Annaba (UBMA)

Grade : Magister Ressources en Eau et Pollutions 2015

Résumé
Situé dans la partie Ouest de la wilaya de Skikda au Nord-Est de l’Algérie, le bassin de l’oued Zhor fait partie des Côtiers Constantinois Centre. Il s’agit d’un bassin montagneux, très arrosé et drainé par de nombreux oueds et chaabets alimentés essentiellement par les eaux de pluies très abondantes (plus de 850 mm/an). L’oued Zhor, à écoulement permanent, est le principal cours d’eau. Au site du barrage proposé, il draine un bassin versant de 96 km2 . Les apports en eau annuels de l’oued Zhor au droit du site de la retenue sont estimés à 38 Hm3 . L’étude hydrologique de faisabilité d’une retenue d’eau sur l’oued Zhor montre qu’il est possible de mettre en œuvre un projet de réalisation d’un barrage à usages multiples (alimentation en eau potable, irrigation et écrêtement des crues) d’une capacité, au niveau normale d’exploitation, de 20 Hm3 afin de régulariser le débit de ce cours d’eau majeur. Une telle capacité permet de satisfaire dans 90 % du temps un besoin, aussi bien en eau potable qu’en eau d’irrigation, de 26 Hm3 /an dans le cours et moyen termes, d’une part, et d’écrêter sans risque majeur la crue décamillennale, d’autre part. Des simulations plus poussées de l’exploitation de la retenue en faisant augmenter la capacité et/ou la demande en eau ont montré qu’il est possible d’obtenir une meilleure performance de la retenue. Toutefois, cette augmentation de capacité entraîne une surélévation de la digue d’où un coût de revient plus grand.

Mots clés  : Oued Zhor, Skikda, barrage, capacité de stockage, eau potable, irrigation, protection contre les inondations.

Version intégrale (Université)

Page publiée le 5 mars 2016, mise à jour le 15 janvier 2018