Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2000 → Dynamique et productivité des structures forestières contractées des plateaux de l’Ouest nigérien

Université Toulouse III (2000)

Dynamique et productivité des structures forestières contractées des plateaux de l’Ouest nigérien

Ichaou, Aboubacar

Titre : Dynamique et productivité des structures forestières contractées des plateaux de l’Ouest nigérien

Auteur : Ichaou, Aboubacar

Université de soutenance : Université Toulouse III

Grade : Doctorat : Ecologie végétale tropicale 2000

Résumé
CE TRAVAIL PORTE SUR LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES FORESTIERES CONTRACTEES DES PLATEAUX CUIRASSES DE LA PARTIE OCCIDENTALE DU NIGER. CES STRUCTURES SONT TYPIQUEMENT CONSTITUEES PAR UNE ALTERNANCE DE BANDES DE SOL NU ET DE BANDES DE VEGETATION. DENOMMEES BROUSSES TIGREES EN AFRIQUE DE L’OUEST, ELLES SONT EGALEMENT PRESENTES EN AFRIQUE DE L’EST, AU MEXIQUE OU EN AUSTRALIE. L’ETUDE REPOSE SUR L’ANALYSE DE STATIONS ECOLOGIQUES REPARTIES SUR UN TRANSECT DE 300 KM, CORRESPONDANT A UN GRADIENT PLUVIOMETRIQUE COMPRIS ENTRE 300 ET 800 MM. SUR CE TRANSECT, LES STRUCTURES CONTRACTEES, TYPIQUEMENT LINEAIRES AU NORD, SE MODIFIENT PROGRESSIVEMENT POUR FORMER DES SYSTEMES PLUS DIFFUS AU SUD, OU LA STRUCTURATION EN BANDES DISPARAIT. L’HYPOTHESE, QUE LES STRUCTURES TYPIQUES EN BANDES ASSURENT UNE CORRECTION DU FACTEUR PLUVIOMETRIQUE PERMETTANT A LA VEGETATION DE SE DEVELOPPER DANS DES CONDITIONS ECOLOGIQUES A PRIORI DEFAVORABLES, EST AVANCEE. CETTE HYPOTHESE EST TESTEE PAR L’ETUDE DU CADRE PHYSIQUE A TRAVERS LE ROLE QU’IL JOUE DANS LA REDISTRIBUTION DU FLUX HYDRIQUE EN SURFACE ET PAR-LA MEME, SUR LA VEGETATION ET SON ORGANISATION, SUR LA FLORE ET ENFIN SUR LA PRODUCTIVITE SYLVO-PASTORALE. LES RESULTATS D’EXPERIMENTATIONS, DE MESURES EFFECTUEES SUR DES LIGNEUX (PHYTOMASSE, PRODUCTIVITE, CROISSANCE) ET LA PRISE EN COMPTE DE LA FLORE HERBACEE (ASSOCIATIONS, EXIGENCES ECOLOGIQUES) PERMETTENT DE CONCLURE QUE LES SYSTEMES CONTRACTES TYPIQUES DES ZONES CLIMATIQUEMENT DEFAVORABLES (300 A 400 MM DE PRECIPITATIONS), RECREENT PAR LEUR STRUCTURE DES CONDITIONS ECOLOGIQUES SIMILAIRES A CELLES TROUVEES DANS DES ZONES PLUS FAVORABLES OU IL PLEUT ENVIRON 800 MM. IL EN RESULTE, DES NIVEAUX DE PRODUCTIVITE RELATIVEMENT ELEVES, AINSI QU’UNE STABILITE DE CES FORMATIONS VEGETALES PARTICULIERES DES ZONES SEMI-ARIDES, CE QUI REMET EN QUESTION LA VISION QU’ON EN AVAIT EN LES ASSIMILANT A UNE DEGRADATION DU MILIEU. LA STABILITE SERAIT D’AUTANT PLUS GRANDE QUE LES TROIS ESPECES LIGNEUSES DOMINANTES SEMBLENT SE MULTIPLIER PRINCIPALEMENT DE MANIERE VEGETATIVE (REJETS DE SOUCHE, MARCOTTES, DRAGEONS) ET TRES PEU GENERATIVEMENT (SEMIS NATURELS).  

Mots clés  : FORET TROPICALE - DYNAMIQUE VEGETATION - PRODUCTIVITE PRIMAIRE - STRUCTURE VEGETATION - NIGER - HYDROLOGIE - PLUVIOMETRIE - EAU SURFACE - ENVIRONNEMENT PHYSIQUE - SYSTEME SYLVOPASTORAL - ARBRE FORESTIER FEUILLU - SAHEL - ZONE SEMI ARIDE - COMBRETUM MICRANTHUM - COMBRETUM NIGRICANS - GUIERA SENEGALENSIS - BROUSSE TIGREE

Présentation : SUDOC - ABES

Version intégrale (14 Mb) (AGRITROP – CIRAD)

Page publiée le 2 février 2004, mise à jour le 22 novembre 2017