Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2015 → Agroécologie, une voie d’adaptation au changement climatique

2015

Agroécologie, une voie d’adaptation au changement climatique

Multipays (Zones sèches)

Titre : Agroécologie, une voie d’adaptation au changement climatique

Contribuer au développement de l’agroécologie dans les zones sèches en tant qu’outil pour l’adaptation et l’atténuation du changement climatique, pour accroître la sécurité alimentaire à long terme

Fonds Français pour l’environnement Mondial (FFEM)

Région de réalisation : Zones Sèches

Bénéficiaire : Centre d’Actions et de Réalisations Internationales (CARI)

Durée : 01/10/2015 — 31/12/2018 Durée : 3 ans

Contexte
Selon les travaux scientifiques récents, l’agroécologie apparaît de plus en plus comme une réponse pertinente à la problématique d’adaptation agricole des régions sèches, que ce soit en matière de gestion de l’eau, de préservation su sol contre l’érosion ou de gestion de la fertilité des sols. A fortiori dans un contexte où ces régions seront particulièrement touchées par le changement climatique (baisse des précipitations, accroissement des températures, multiplication des événements climatiques extrêmes).
L’agroécologie est également susceptible de contribuer à l’atténuation du changement climatique notamment grâce à une capacité de stockage du carbone dans les sols. Plus généralement, elle est en mesure d’apporter une contribution aux trois accords multilatéraux pour l’environnement (Convention Cadre des Nations-Unies sur le Changement Climatique-CCNUCC, Convention sur la Diversité Biologique-CDB et Convention des Nations-Unies sur la Lutte Contre la Désertification-CNULCD) que la plupart des pays abritant des zones sèches ont signé.

Présentation
Le projet est organisé en cinq composantes.
•Partages d’expériences et renforcement des capacités, qui prévoit l’élaboration de fiches-initiatives, l’organisation de séminaires et voyages d’échange d’expériences, la mise en place et l’utilisation d’outils collaboratifs et la mise en place de dispositifs spécifiques de suivi des pratiques innovantes.
•Evaluation d’initiatives. Vingt initiatives agroécologiques réalisées au niveau des territoires seront évaluées scientifiquement (évaluation des effets et impacts des pratiques agroécologiques en matière économique, social et environnemental, analyse des facteurs de succès et de développement de l’agroécologie). Les résultats seront partagés et discutés aux niveaux national et international.
•Plaidoyer. Une stratégie et des actions de plaidoyer en faveur de politiques publiques favorables à l’agroécologie seront conçues et mises en œuvre sur la base notamment des résultats des évaluations, tant au niveau national qu’international. La composante inclut la formation des acteurs de l’agroécologie en matière de plaidoyer.
•Communication inclut la conception et la production de supports de communication, la mise en œuvre d’actions de communication et la valorisation des résultats scientifiques des évaluations. La composante inclut la formation des acteurs de l’agroécologie en matière de de communication.
•Coordination correspond aux activités de coordination nécessaires au bon déroulement de l’ensemble du projet.

Financement : Coopération Suisse (SDC), FIDA , CARI, Partenaires du Projet

Montant global du projet : 1 100 000 € 3 651 000 €

Présentation : FFEM

Page publiée le 11 mai 2016, mise à jour le 31 juillet 2017