Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2000 → Deuxième projet national de gestion des terroirs (PNGT II) Burkina Faso

2000

Deuxième projet national de gestion des terroirs (PNGT II) Burkina Faso

Burkina Faso

Titre : Deuxième projet national de gestion des terroirs (PNGT II) Burkina Faso

Pays : Burkina Faso

Durée : 2000 - 2005

Institution initiatrice : International Fund for Agricultural Development (IFAD)

Emprunteur : Burkina Faso

Organisme d’exécution : Ministère de l’agriculture

Zone d’intervention : Le projet, d’envergure nationale, couvrira toutes les régions rurales du pays : a) le Sahel aride au nord où la saison des pluies dure moins de trois mois et où domine l’élevage ; b) le plateau central, région la plus densément peuplée, souffrant de dégradation de l’environnement et de déficits vivriers récurrents ; c) l’ouest et le sud-ouest, une région à potentiel agricole élevé où la pluviométrie annuelle atteint 1 200 mm et où sont pratiquées des cultures vivrières et de rapport (coton), ainsi que l’élevage nomade et sédentaire ; et d) la savane à l’est, qui est considérée comme la partie du pays la moins développée et la moins dégradée au plan de l’environnement.
Le projet couvrira les 45 provinces. Dans les régions où d’importants projets de développement sont déjà exécutés, une action synergique se mettra en place et une unité opérationnelle chargée de coordonner et d’appuyer des actions de développement rural décentralisées sera établie. Le projet appuiera financièrement les projets ou programmes en cours, sous réserve qu’on soit parvenu à convenir d’une plate-forme commune : a) un cadre unique assurant une bonne coordination, établi avec la participation des bénéficiaires ; b) le principe de la gestion locale des investissements ; c) un objectif à long terme qui est de faciliter l’émergence de communes rurales ; et d) une série commune d’indicateurs de suivi. Dans les régions où aucun autre projet ou programme de développement important n’est en place, une unité opérationnelle composée d’un service de coordination provinciale et d’une équipe mobile multidisciplinaire interviendra directement et assurera, le cas échéant, la coordination des interventions avec d’autres donateurs.

Groupes cibles : Le programme proprement dit d’une durée de 15 ans couvrira la totalité du groupe cible constitué par les populations rurales, soit environ 7 millions de personnes réparties dans 8 000 villages. Le présent projet, prévu pour cinq ans, vise à couvrir un maximum de 2 000 villages choisis sur la base de critères tels que la dégradation des ressources naturelles, les faibles revenus de la population et la cohésion sociale. À la fin du projet, les trois quarts des villages auront établi leur plan de développement local ; et quelque 1 200 villages auront exécuté les activités prévues et mis en place des institutions représentatives pour gérer les activités de développement au niveau du village avec la participation de tous les intéressés.

Objectifs
L’objectif général du projet est de lutter contre la pauvreté et de promouvoir un développement durable dans les régions agricoles, mettant fin au cercle vicieux de la pauvreté rurale et de ses corollaires : dégradation des ressources naturelles, diminution de la production et baisse de la qualité de vie.
Les objectifs spécifiques sont les suivants : a) amélioration du rendement des investissements publics au niveau local ; b) amélioration de la capacité de gestion des groupes bénéficiaires et de leurs institutions ; c) amélioration de la capacité d’absorption des zones rurales ; et d) meilleur accès des paysans pauvres aux infrastructures et aux moyens de production, aux services sociaux et aux mesures de protection de l’environnement. Conformément à la politique de décentralisation du gouvernement, l’approche du développement local sera globale. Les investissements au niveau des villages couvriront la gestion des ressources naturelles (gestion du sol et des ressources en eau visant à assurer une production durable) et le développement local (fourniture des infrastructures et des services appuyant l’augmentation de la production et améliorant les conditions de vie). L’accent sera mis sur la participation et le renforcement des capacités d’intervention des communautés rurales dans les décisions concernant la gestion et l’utilisation des ressources naturelles, ainsi que l’identification, l’exécution et la gestion des investissements villageois.

Informations financières
Coût total du projet : US$ 111.0 million
Montant du prêt du FIDA : US$ 11.4 million
Denmark : US$ 5.6 million
World Bank : US$ 55.0 million
Netherlands : US$ 9.0 million
Contribution de l’emprunteur :
Contribution des bénéficiaires :

IPrésentztion : FAD

President’s report

Page publiée le 12 juillet 2016, mise à jour le 6 mai 2018