Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets < 2000 → Projet de développement de l’agriculture et de l’élevage à assise communautaire (Cap Vert)

1990

Projet de développement de l’agriculture et de l’élevage à assise communautaire (Cap Vert)

Cap Vert

Titre : Projet de développement de l’agriculture et de l’élevage à assise communautaire (Cap Vert)

Pays : Cap Vert

Durée : 1990 - 1999

Institution initiatrice : International Fund for Agricultural Development (IFAD)

Présentation
Le projet de développement de l’agriculture et de l’élevage à assise communautaire couvrait deux écosystèmes distincts sur l’Île de Santiago : les terres d’agriculture pluviale dans les parties supérieures du bassin versant de la Ribeira Seca et les parcours récemment reboisées des zones semi-arides à arides de trois localités de l’île.
Les groupes cibles du projet comprenaient les agriculteurs sans bétail dont les exploitations, non irriguées, ne dépassaient pas 1,9 ha, les bergers possédant moins de deux vaches et cinq chèvres et les paysans sans terre. Parmi eux, les femmes avaient priorité en raison des inégalités salariales auxquelles elles devaient faire face pour un travail semblable à celui des hommes.
Etant donné la faible base de ressources naturelles disponible au Cap-Vert et l’importance de sa conservation à long terme, le projet avait pour objectif de : •relever le niveau de vie de 1 010 familles rurales par la promotion de culture vivrières et de production animale intégrée et par l’introduction de méthodes de gestion sylvopastorales améliorées •promouvoir le développement institutionnel, en particulier pour le Service de vulgarisation rurale, le Centre de développement de l’élevage (CDP) et l’Institut national de recherche agricole •mettre au point des paquets de production appropriés pour la gestion de l’agriculture pluviale et de l’élevage •promouvoir la protection de l’environnement
L’impact du projet laisse cependant à désirer et les résultats sont inégaux. Si, par exemple, dans les zones semi-arides et humides, des pratiques de conservation des sols ont été introduites par les agriculteurs, l’augmentation de la productivité agricole reste encore à démontrer. Par ailleurs, le manque de participation des communautés aux activités de recherche et développement a posé problème. Enfin, la conception même du projet, qui définissait les activités dans ses moindres détails, n’a pas permis de développer une approche réellement communautaire et adaptée au terrain.

Partenaires  : Banque du Cap-Vert (BCV) ; Ministère du développement rural et des pêches (MDRP) ; Banque africaine de développement (BAfD)

Informations financières
Coût total du projet : US$ 8.2 million
Montant du prêt du FIDA : US$ 4.7 million
Agence française de développement : US$ 1.1 million

Site IFAD

Page publiée le 7 juin 2016, mise à jour le 9 juillet 2018