Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2002 → PROJET DE DÉVELOPPEMENT DU MICROFINANCEMENT ET DE LA MICROENTREPRISE (DJIBOUTI)

2002

PROJET DE DÉVELOPPEMENT DU MICROFINANCEMENT ET DE LA MICROENTREPRISE (DJIBOUTI)

Djibouti

Pays : Djibouti

Durée : 2002 - 2010

Institution initiatrice : International Fund for Agricultural Development (IFAD)

Emprunteur : République de Djibouti

Organisme d’exécution : Ministère de l’agriculture

Zone d’intervention : Le projet englobe toutes les zones rurales et périurbaines du pays, y compris la capitale, en s’attachant dans un premier temps aux chefs-lieux de district d’Ali Sabieh, Obock, Tadjourah et Dikkhil. En fonction des résultats obtenus et des enseignements tirés des trois premières années d’exécution du projet, les activités seront étendues à d’autres régions du pays où la densité de la population et les activités économiques suffisent à assurer la viabilité des CEC et des services de promotion de l’entreprise

Groupes cibles : L’incidence de l’extrême pauvreté est sept fois plus élevée dans les zones rurales que dans la capitale. L’accent sera donc mis principalement sur la population rurale, estimée à 150 000 habitants, et sur les 50 000 personnes environ qui habitent les zones périurbaines, soit au total quelque 200 000 personnes ou 30 000 ménages. Le groupe cible comprendra ceux qui vivent de l’élevage, du jardinage et de l’agriculture, de la pêche, de l’artisanat et d’autres menues activités rémunératrices comme le petit commerce et les services. Il englobera aussi les jeunes sans emploi qui désirent se lancer dans une activité productive à leur propre compte. Une attention spéciale sera accordée aux ménages dirigés par des veuves ou des femmes divorcées, qui sont considérés comme les plus vulnérables.
Les femmes prennent part au processus de décision du ménage et gèrent une partie de ses ressources. Étant donné qu’il est accepté par la société qu’elles mènent des activités productives pour leur propre compte, elles sont nombreuses à prendre une part active à la production de vivres et à l’artisanat sur une échelle modeste. Il existe un certain nombre d’associations féminines qui assurent une formation en artisanat, couture et vannerie, alphabétisation des jeunes filles et gestion des systèmes de microcrédit

Objectifs

Le projet vise à réduire la pauvreté dans tout le pays en élevant les revenus des ménages pauvres par un meilleur accès aux services financiers et aux services de promotion de l’entreprise dans les zones rurales, périurbaines et urbaines. Ses principaux objectifs sont d’établir un réseau viable de CEC qui offriront des services financiers aux bénéficiaires, de mettre en place des services non financiers durables et des services de promotion de l’entreprise fondés sur le marché, de formuler et d’adopter une stratégie nationale du microfinancement et de la microentreprise avec son cadre juridique et, enfin, de renforcer et de diversifier les activités rémunératrices pour le groupe cible.

Informations financières
Coût total du projet : US$ 4.9 million
Montant du prêt du FIDA : US$ 3.6 million
MONTANT DU COFINANCEMENT : 100 000 USD
Contribution de l’emprunteur : 80 000 USD
Contribution des bénéficiaires : 800 000 USD

Lien vers le site IFAD

President’s report

Page publiée le 5 juillet 2016