Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2014 → Adaptation des souches invasives de rouille jaune du blé en zones méditerranéenne et tempérée

Partenariat Hubert Curien France-Tunisie 2014

Adaptation des souches invasives de rouille jaune du blé en zones méditerranéenne et tempérée

Rouille jaune Blé

Cadre : Partenariat Hubert Curien France-Tunisie (Utique)

Intitulé du projet de recherche conjoint : Adaptation des souches invasives de rouille jaune du blé en zones méditerranéenne et tempérée

Codes du projet : N° 14G0909 — Campus N° 30614SG

Dates début – fin : 01/01/2014 - 31/12/2017

Domaine : Agronomie, productions animale, végétale et agroalimentaire

Présentation
Les épidémies sur le blé se sont accrues au niveau mondial avec l’émergence d’une souche de rouille jaune agressive et tolérante à haute température (PstS1/S2) qui a atteint l’Afrique du Nord et la France depuis 2004 et d’une souche multivirulente exotique (Warrior) qui s’est propagée en Europe de l’Ouest en 2011. Les causes sont l’augmentation d’échanges commerciaux ,les migrations à longue distance et/ou l’évolution du parasite due à l’hôte et au climat.
Un objectif est d’évaluer le risque d’invasion de ces deux souches exotiques par rapport à deux populations locales, l’une méditerranéenne (Tunisie) et l’autre tempérée (Nord de la France). Pour ce faire, nous évaluerons (I) l’ampleur de la zone migratoire par un échantillonnage étendu de la France à l’Afrique du Nord, (II) l’avantage sélectif des isolats invasifs établis récemment par rapport aux populations locales plus anciennes. Les avantages sélectifs seront estimés par des compétitions au champ et analysés en fonction du climat (deux régimes climatiques différenciés : tempéré et méditerranéen) et de données disponibles sur les efficacités d’infection des isolats. Le second objectif est d’identifier des régions du génome impliquées dans des traits épidémiologiques (virulences, adaptation à la température, aptitudes sexuelles) par une analyse de génétique d’association (Genome Wide Association Study, GWAS) entre la variabilité phénotypique et le polymorphisme génétique révélé par des Single Nucleotide Polymorphisms (III). Cette étude sera menée sur une collection mondiale d’isolats de Puccinia striiformis, en relation avec un projet de reséquençage du génome.

Partenaires :
* Tunisien : Protection integree des cultures UR PIC Institut National Agronomique de Tunisie
* Français : Laboratoire BIOGER INRA Thiverval Grignon

Présentation : Partenariat Hubert Curien

Page publiée le 7 septembre 2016, mise à jour le 25 octobre 2017