Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2005 → Contribution à l’évaluation des interventions de l’ONG Solidarités dans trois villages du district de Roy-e Doab en Afghanistan

Centre National d’Études Agronomiques des Régions Chaudes (CNEARC) 2005

Contribution à l’évaluation des interventions de l’ONG Solidarités dans trois villages du district de Roy-e Doab en Afghanistan

MORAU Stanislas

Titre : Contribution à l’évaluation des interventions de l’ONG Solidarités dans trois villages du district de Roy-e Doab en Afghanistan

Auteur : MORAU Stanislas

Etablissement de soutenance : Centre National d’Études Agronomiques des Régions Chaudes (CNEARC)

Diplôme : Master DAT – Option AGIR 2005

Résumé
25 ans de guerre en Afghanistan ont ruiné l’administration centrale, les structures d’appui aux agriculteurs et les progrès liés à un début de « révolution verte » dans les années 1970. Par la suite, 3 années de sécheresse ont entraîné d’importantes modifications des systèmes de production de certaines régions ; décapitalisation des troupeaux, perte des stocks de semences, adoption massive de la culture de pavot. L’ONG française Solidarités, intervient dans le pays depuis 1980 et dans le district de Roy-e Doab depuis 3 ans. Les programmes d’urgence qui y ont été entrepris ont consisté en des distributions de nourriture et d’intrants modernes. D’autres interventions plus orientées vers le développement de la région y sont également menées : introduction de culture maraîchère et horticole, appui à la production animale. Cette première phase d’intervention arrivant à son terme fin 2004, les cadres de I’ONG ont exprimé le besoin d’accueillir des observateurs extérieurs pour contribuer à une évaluation ex-post et à une collaboration à la réorientation du projet dans l’éventualité d’une extension de programme. e présent travail se focalise, sur les impacts des distributions d’intrants modernes sur les pratiques culturales et les niveaux de production des bénéficiaires pour les cultures irriguées de blé d’hiver et de pomme de terre. Le second objet d’étude est l’analyse des modalités d’action du projet. Notre méthode d’enquête emprunte à la fois des outils à la recherche en agronomie et en sciences sociales. Le but est ici de confronter un avis extérieur à ceux des différents acteurs du projet. Nos résultats montrent que les distributions d’intrants ont globalement permis une augmentation de productivité des cultures de pomme de terre et de blé. Ils illustrent également des modifications de pratiques techniques oscillant entre pratiques « traditionnelles » et « modernes » en fonction des intrants disponibles et qui ne sont donc pas stabilisées. Concernant les modalités d’action on verra qu’un effort doit être porté sur le discours des techniciens afin de l’adapter aux différentes stratégies des agriculteurs. En effet, l’intensification systématique des pratiques ne semble pas être adaptée à tous les types d’exploitants. La discussion finalement développée, replacera ces résultats dans le nouveau contexte du district de Roy-e Doab : le retour de précipitations correctes. Plusieurs indicateurs plaident pour un arrêt des distributions d’intrants subventionnés qui ne se justifient que dans une situation d’urgence. La réflexion sera portée sur une réorientation de la « philosophie » du projet selon une logique de transition entre urgence et développement.

Mots-clés : Sécheresse, évaluation, impacts, modalités d’action, distributions, intrants modernes, agronomie, sciences sociales, transition urgence développement, Afghanistan

Catalogue des résumés des mémoires de stage des étudiants du CNEARC (2005)

Page publiée le 24 janvier 2017, mise à jour le 22 décembre 2017