Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2002 → Enjeux et conflits autour de la gestion de l’eau en Afrique du Sud Le cas du bassin de Steelpoort

Centre National d’Études Agronomiques des Régions Chaudes (CNEARC) 2002

Enjeux et conflits autour de la gestion de l’eau en Afrique du Sud Le cas du bassin de Steelpoort

ARDORINO Florence

Titre : Enjeux et conflits autour de la gestion de l’eau en Afrique du Sud Le cas du bassin de Steelpoort

Auteur : ARDORINO Florence

Etablissement de soutenance : Centre National d’Études Agronomiques des Régions Chaudes (CNEARC)

Diplôme : MASTER DAT – Option GSE 2002

Résumé
La gestion de l’eau du bassin de Steelpoort en Afrique du Sud illustre les objectifs ambitieux de la loi sur l’eau qui met en avant la satisfaction des besoins humains fondamentaux et des besoins environnementaux. En effet, l’atteinte de ces objectifs nécessite la prise en compte d’intérêts contradictoires : - les enjeux économiques sont majeurs sur ce bassin avec l’implantation rapide et massive de mines de Platine, Chrome, Vanadium qui sollicitent largement les ressources en eau ; - les enjeux sociaux sont très importants : la majorité de la population, située dans un ancien homeland, n’a accès à l’eau potable ou d’irrigation et dépend des eaux de surface pour son usage domestique ; - enfin, les enjeux environnementaux particuliers sont à prendre en compte du fait de la localisation du bassin en amont du Parc National Kruger et des spécificités de ses ressources naturelles.
La pression sur la ressource augmente et le bassin de Steelpoort est stressé pendant au moins deux mois de l’année. L’équilibre offre/demande reste difficile à apprécier. Les entretiens et points de vue recueillis sont tous favorables à la construction d’un barrage sur la rivière de Steelpoort qui permettrait un soutien d’étiage, et répondrait aux demandes d’utilisation de l’eau qui s’expriment sur le bassin. Par contre, deux points cruciaux sont au centre des débats : l’approvisionnement en eau des homeland et les besoins en infrastructures pour mettre en place la distribution de cette eau ; la pollution et son suivi en surfaces et dans les nappes souterraines. Pour être effectifs, les changements attendus du système de gestion devront nécessairement impliquer les usagers.
Ce cas de terrain montre que des tensions peuvent conduire à des conflits ouverts, ceux-ci ne se réglant pas par manque de concertation se traduisent parfois par des actions violentes ou une coûteuse intervention de justice.
Dans ce contexte de forte pression sur la ressource et alors que de nouveaux objectifs environnementaux sont en cours de définition, l’examen des tensions et conflits actuels locaux suggère la mise en place d’outils qui faciliteront la concertation : un système d’information partagé sur les ressources disponibles et leur qualité faciliterait le dialogue entre des usagers très différents. De même, l’engagement d’un débat plus ouvert sur les choix de développement de la région et des infrastructures associées répondrait aux attentes des usagers mais sera difficile à mettre en place dans un contexte de forte concurrence entre les mines qui sont ici les principaux acteurs du développement.

Mots-clés : Afrique du Sud, bassin, gestion de l’eau, réserve naturelle, parc national Kruger, gestion des conflits.

Catalogue des résumés des mémoires de stage des étudiants du CNEARC (2002)

Page publiée le 31 mars 2017