Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2012 → Assistance d’urgence pour le contrôle de la résurgence du criquet nomade en Tanzanie

2012

Assistance d’urgence pour le contrôle de la résurgence du criquet nomade en Tanzanie

Tanzanie

Pays /Région : Tanzanie

Localisation  : zones de résurgence : Ikuu-Katavi, Malagarasi, Rukwa et Wembere ; et zone secondaire : marais Bahi.

Code du projet : OSRO/URT/202/BEL

Durée : 21/11/2012 - 10/04/2013

Présentation

Objectifs : Contribuer à des opérations de contrôle plus efficaces du criquet nomade, mises en oeuvre dans le respect de la santé humaine et de l’environnement, dans le but de prévenir des dommages importants aux cultures et aux pâturages et, ainsi préserver les moyens de subsistance des petits agriculteurs vivant dans les zones infestées par les criquets

Activités : Réalisation d’une étude aérienne de pré-saison des zones infestées par le criquet nomade afin d’évaluer les conditions écologiques et évaluer les sites de reproduction. •Distribution en temps opportun d’équipement afin de commencer immédiatement les opérations de prospection et de contrôle. •Traitement de 1 940 hectares dans les plaines de Ikuu avec le biopesticide Green Muscle TC®. •Formation de 31 agents du Département des Services de la santé des végétaux et 16 rangers du Parc national de Katavi sur la biologie du criquet nomade ainsi que sur les opérations de prospection et de contrôle.

Mots clés : TANZANIA, EASTERN AFRICA, BELGIUM, LOCUST,

Bénéficiaires : Le personnel du MAFC ainsi que la communauté rurale et les petits agriculteurs vivant dans les zones affectées par la résurgence acridienne, qui ont eu leurs récoltes et les pâturages protégés.

Partenaires : Le Ministère de l’agriculture, de la sécurité alimentaire et des coopératives (MAFC) et l’Organisation internationale de l’Afrique centrale et méridionale contre le criquet nomade (IRLCO-CSA).

Financement : Belgique

Contribution : USD 320 000

Lien vers le site de la FAO

Page publiée le 19 août 2016