Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2005 → Evolution des systèmes de culture de quinua, vers une remise en cause du système agraire Aymara. Etude à l’échelle de trois communautés : Luca, Palaya, Tunavi (Bolivie)

Centre National d’Études Agronomiques des Régions Chaudes (CNEARC) (2005)

Evolution des systèmes de culture de quinua, vers une remise en cause du système agraire Aymara. Etude à l’échelle de trois communautés : Luca, Palaya, Tunavi (Bolivie)

BRES Aurélie - MOREAU Stéphane

Titre : Evolution des systèmes de culture de quinua, vers une remise en cause du système agraire Aymara. Etude à l’échelle de trois communautés : Luca, Palaya, Tunavi (Bolivie)

Auteur : BRES Aurélie - MOREAU Stéphane

Etablissement de soutenance : Centre National d’Études Agronomiques des Régions Chaudes (CNEARC)

Diplôme : Mémoire ESAT 1 (Etudes Supérieures d’Agronomie Tropicale) 2005

Résumé
Cette étude s’inscrit dans le cadre du projet Intersalar, conduit par l’ONG française AVSF. L’objectif était de caractériser comment l’arrivée de la moto-mécanisation sur l’Altiplano bolivien a provoqué une diversification des systèmes de culture de quinua et ses conséquences sur le système agraire Aymara. Ce rapport présente les résultats de l’étude systémique de trois communautés de l’Intersalar, choisies suivant une chronoséquence de l’introduction de la mécanisation : Luca, Palaya, Tunavi.
Dans une zone au climat difficile (aridité, occurrence des gelées…), l’étude bibliographique ainsi que les entretiens historiques effectués, nous ont permis de définir le système agraire Aymara traditionnel. Ce système ultra-stable se caractérisait par une gestion du milieu durable, intégrant agriculture et élevage et par une adéquation du facteur de production terre avec le facteur de production limitant : le travail. Cette adéquation n’a pu être possible qu’à travers une très forte hiérarchisation de la société Aymara.
Notre étude à l’échelle des communautés a permis de modéliser le processus d’acquisition de nouvelles techniques (moto-mécanisation, produits phytosanitaires…) à l’échelle de l’Intersalar. Ce processus a entraîné une diversification des systèmes de culture de quinua qui a eu des répercussions sur le milieu (augmentation de l’érosion, pertes de sols…), sur la gestion du territoire (diminution des surfaces pâturables pour les lamas et donc des cheptels) et sur la société Aymara (d’une gestion communautaire à une individualisation du travail et de la terre). Le résultat est donc bien une transformation du système Aymara, où la question de la durabilité écologique et économique des systèmes de culture quinua sera traitée.
Face à l’émergence de nouveaux pays producteurs, qui risque de provoquer une diminution des cours de la quinua., l’Intersalar doit rapidement trouver un moyen de protéger son milieu, et par la même, sa production. Il existe des solutions techniques pour diminuer l’érosion de ce milieu, mais elles ne pourront être appliquées tant que les paysans n’auront pas réorganisé leur société.

Mots-clés : Chenopodium quinoa, aymara, changement technologique, structure sociale, système de culture, système agraire, durabilité, érosion éolienne, BolivieIntersalar

Catalogue des mémoires de stage du CNEARC (2005)

Page publiée le 3 avril 2017