Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 1998 → Mode de gestion des ressources renouvelables collectives à l’échelle du village dans l’ancien Ciskeï.

Centre National d’Études Agronomiques des Régions Chaudes (CNEARC) 1998

Mode de gestion des ressources renouvelables collectives à l’échelle du village dans l’ancien Ciskeï.

LASBENNES Florence

Titre : Mode de gestion des ressources renouvelables collectives à l’échelle du village dans l’ancien Ciskeï.

Auteur : LASBENNES Florence

Etablissement de soutenance : Centre National d’Études Agronomiques des Régions Chaudes (CNEARC)

Diplôme : Mémoire ESAT 1 (Etudes Supérieures d’Agronomie Tropicale) 1998

Résumé
Ce document présente les résultats d’un travail de quatre mois de terrain réalisé à la demande du CIRAD dans le cadre d’un projet de Recherche - Développement Sud-africain. L’étude consiste en l’analyse des modes de gestion des ressources renouvelables collectives, à l’échelle de la plus petite unité du découpage administratif d’une zone de l’ancien Ciskei, le village. A partir de l’analyse d’une étude de cas, un modèle d’organisation de l’espace villageois est élaboré en fonction des modes d’appropriation des ressources. Quatre unités spatiales de gestion des ressources renouvelables collectives sont définies : la zone habitée, les terres agricoles, la rivière et les terres de parcours. Les ressources disponibles au sein de chaque unité font l’objet de modes d’appropriation interdépendants. Les droits fonciers et les modes de gestion spécifiques à chaque unité interagissent pour organiser les usages et la gestion des ressources à l’échelle du village. Les relations entre villages voisins conditionnent l’accès aux ressources non disponibles dans un village et influent en particulier sur la gestion des pâturages présentant une continuité d’un territoire villageois à l’autre.
La gestion des ressources renouvelables collectives est organisée par des institutions, formelles ou non, à l’échelle du village mais également à des niveaux inférieurs ou supérieurs. L’évolution du contexte politique et institutionnel d’Afrique du Sud influe largement sur la dynamique de ces formes d’action collective. L’existence de formes de régulation des usages est mise en évidence. Le transfert des tâches de gestion des ressources est effectif mais incomplètement réalisé. L’analyse des modes de gestion des ressources naturelles collectives permet d’identifier des leviers pour l’action.

Mots-clés : Afrique du Sud, Ciskeï, Gestion des ressources, Gestion collective.

Catalogue des résumés des mémoires de stage des étudiants du CNEARC (1998)

Page publiée le 24 avril 2017