Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2002 → Evaluation et déterminisme du bilan de l’azote en sols cultivés du centre Burkina Faso : Etude par traçage isotopique 15N au cours d’essais en station et en milieu paysan

Institut national polytechnique de Lorraine (Nancy) (2002)

Evaluation et déterminisme du bilan de l’azote en sols cultivés du centre Burkina Faso : Etude par traçage isotopique 15N au cours d’essais en station et en milieu paysan

Bonzi, Moussa

Titre : Evaluation et déterminisme du bilan de l’azote en sols cultivés du centre Burkina Faso : Etude par traçage isotopique 15N au cours d’essais en station et en milieu paysan >

Assessing the nitrogen balance of cereal cropped lands in the central region of Burkina Faso : an on station and on-farm research with 15N

Auteur : Bonzi, Moussa

Etablissement de soutenance : Institut national polytechnique de Lorraine (Nancy)

Grade : Doctorat Sciences agronomiques 2002

Résumé
En zone aride et semi-aride, l’azote est un facteur limitant majeur de la production végétale mais paradoxalement il peut être en excès dans le sol durant certaines périodes du cycle pluviométrique. Notre objectif est la maîtrise des pertes de N au niveau de la parcelle en vue de réduire l’émission de N2O et d’améliorer l’efficacité de l’engrais azoté. Notre démarche consiste (i) à quantifier globalement les pertes en distinguant celles de N engrais, et à étudier les processus majeurs à l’origine de celles-ci : minéralisation, lixiviation, volatilisation et dénitrification (ii) puis à rechercher des indicateurs de fourniture de N par le sol à la plante. Nos expériences sont réalisées en station, en milieu paysan et en laboratoire. Le traceur [exposant]15N permet in situ une approche rationnelle de l’efficacité de l’engrais. On montre l’existence de périodes dans le cycle pluviométrique caractérisées par une nitrification nette négative attribuée à la dénitrification et d’autres caractérisées par un excès de N- NO3- par rapport à la demande de la céréale. Les pertes globales de N évaluées sur une dizaine d’années apparaissent liées positivement d’une part à l’acidification du sol (20 kg ha[exposant]-1an[exposant]-1 dans un sol qui s’acidifie contre 8 dans un sol où l’apport régulier de fumier empêche l’acidification), et d’autre part aux facteurs d’intensification, notamment le chaulage en présence de fumier (68 kg N ha[exposant]-1) et les fortes fumures. Les processus à l’origine de ces pertes globales sont la lixiviation et la dénitrification ; la volatilisation affecte principalement l’azote de l’urée. La lixiviation sous sorgho à Saria (isohyète 850 mm), à 90 cm de profondeur, ne dépasse pas 10 kg N ha[exposant]-1 an[exposant]-1...

Mots clés  : Sols - Teneur en azote - Burkina - Engrais azotés - Thèses - Lixiviation - Chiralité - Dénitrification

Présentation : SUDOC - ABES

Version intégrale (AGRITROP)

Page publiée le 4 février 2004, mise à jour le 9 mars 2019