Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Burkina Faso → Activité antheminthique de deux plantes tropicales testée in vitro et in vivo sur les strongles gastro-intestinaux des ovins de race Mossi au Burkina Faso

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2009

Activité antheminthique de deux plantes tropicales testée in vitro et in vivo sur les strongles gastro-intestinaux des ovins de race Mossi au Burkina Faso

Kabore, Adama

Titre : Activité antheminthique de deux plantes tropicales testée in vitro et in vivo sur les strongles gastro-intestinaux des ovins de race Mossi au Burkina Faso

Auteur : Kabore, Adama

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : DOCTORAT UNIQUE EN DÉVELOPPEMENT RURAL 2009

Présentation
Au Burkina Faso, la pratique de la médecine vétérinaire traditionnelle est une réalité dans les habitudes des éleveurs en milieu réel pour diverses raisons liées à leurs situations locales. Des enquêtes ethnovétérinaires conduites dans la région centrale du pays ont permis de constater que 50,5% des éleveurs utilisaient concomitamment la médecine vétérinaire moderne et celle traditionnelle pour soigner les animaux malades. Elles ont permis d’identifier plusieurs remèdes dont ceux à base de Anogeissus leiocarpus (D.C) Guill. et Perr. (Combretaceae) et Daniellia oliveri (Rolfe) Hutch. et Dalz. (Caesalpiniaceae) couramment utilisés pour le traitement du parasitisme gastro-intestinal des petits ruminants. Dans l’optique d’évaluer l’activité biologique réelle in vitro et in vivo de ces deux plantes, la pratique traditionnelle de leurs utilisations et les principaux groupes chimiques contenus dans les extraits utilisés ont été appréhendés. De même, la toxicité générale aigue des remèdes à base des deux plantes a été déterminée.
Les préparations traditionnelles de ces deux remèdes sont faites sous forme de décocté avec les feuilles d’A. leiocarpus et avec les écorces de tiges de D. oliveri. Les résultats des analyses des grands groupes phytochimiques ont révelé la présence de flavonoides, de tanins et de polyphénols dans les extraits des décoctés aqueux des deux plantes. L’extrait de D. oliveri a renfermé en plus des saponosides et des stéroïdes/triterpènes. Les quantités des extraits préparés traditionnellement ont été administrées par voie orale aux petits ruminants à raison de 160 et de 242,5 mg/kg de poids vif pour les décoctés lyophilisés d’A. leiocarpus et de D. oliveri respectivement. La toxicité générale aigue des décoctés des deux plantes, évaluée à travers la détermination de la DL50 sur les souris, a été de 2303,6 mg/kg pour l’extrait d’A. leiocarpus et plus de 3 500 mg/kg pour celui de D. oliveri. Ces valeurs traduisent une faible toxicité et une grande marge de sécurité dans l’utilisation des décoctés aqueux des deux plantes par voie orale. Les tests de l’activité anthelminthique in vitro des extraits des décoctés des deux plantes ont montré que les deux extraits réduisent les taux d’éclosion des oeufs, inhibent ou tuent les larves L1 embryonnées et les vers adultes. Les résultats obtenus montrent que l’extrait de D. oliveri est plus ovicide et larvicide que celui d’A. leiocarpus. Le test in vivo mené en station sur des ovins de race Mossi infestés naturellement et soumis à différentes doses de l’extrait du décocté d’A. leiocarpus (250, 500 et 1000 mg/kg) et de D. oliveri (300, 600 et 1200 mg/kg) ont révélé que l’excrétion des oeufs de strongles et des taux de réduction n’ont pas révélé de niveau de réduction significatif (P>0,05) entre les différents lots d’ovins traités aux extraits des plantes et le lot témoin. Par conséquent, les doses des extraits des plantes utilisées selon les modes traditionnels de préparation et d’utilisation par les éleveurs sont inefficaces sur les nématodes gastro-intestinaux des ovins infestés naturellement.

Mots clés : Enquêtes ethnovétérinaires, Anogeissus leiocarpus, Daniellia oliveri, médecine traditionnelle, activité anthelminthique, Burkina Faso.

Version intégrale

Page publiée le 13 janvier 2017, mise à jour le 3 juillet 2017