Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2009 → Adoption d’une nouvelle méthode de lutte sanitaire en milieu paysan au Burkina Faso : le pédiluve acaricide/insecticide

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2009

Adoption d’une nouvelle méthode de lutte sanitaire en milieu paysan au Burkina Faso : le pédiluve acaricide/insecticide

Bouyer-Etienne, Fanny

Titre : Adoption d’une nouvelle méthode de lutte sanitaire en milieu paysan au Burkina Faso : le pédiluve acaricide/insecticide

Auteur : Bouyer-Etienne, Fanny

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : DIPLOME D’ETUDES APPROFONDIES (DEA) EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES NATURELLES (GIRN) 2009

Présentation
Le pédiluve acaricide-insecticide est une nouvelle méthode de lutte intégrée contre les vecteurs en zone sub-humide Ouest-Africaine : son efficacité a été validée par de nombreuses études en situations expérimentales et réelles. Cette invention sanitaire d’origine exogène proposée par la recherche, a été co-construite avec des groupes d’éleveurs il y a dix ans et a ensuite diffusé. Vingt-deux pédiluves et soixante douze éleveurs ont été étudiés. A partir de quatre vingt dix sept variables d’adoption concernant la sociologie, les aspects organisationnels, le système d’élevage, l’appréciation de l’outil et les modalités de mise en œuvre, vingt et une variables ont été considérées comme actives et sept comme indicateurs d’adoption suite aux analyses préliminaires. Elles ont été soumises à des analyses multivariées permettant de caractériser trois groupes d’éleveurs, dont l’adoption a été évaluée. Le premier groupe est constitué par les éleveurs modernes de Ouagadougou qui ont bien adopté la méthode. Les éleveurs plus traditionnels de Bobo-Dioulasso sont séparés en deux groupes dont un n’a pas du tout adopté le pédiluve contrairement au second. Les dix variables discriminant principalement ces groupes sont analysées. Elles ont trait au système d’élevage, aux modalités de mise en œuvre de la méthode et à l’appréciation de l’outil. La discussion concerne l’influence sur l’adoption des réseaux socio-techniques, du système d’élevage et l’appréciation du risque par les éleveurs et dans un cadre plus général la réflexion se porte sur les critères d’adoptabilité de Mendras et Forsé

Mots clés : innovation, élevage, Afrique de l’Ouest, lutte anti-vectorielle, intensification, santé animale.

Version intégrale

Page publiée le 23 février 2017