Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2013 → Analyse des effets conjugués travail du sol et culture associée sur la production du sorgho

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2013

Analyse des effets conjugués travail du sol et culture associée sur la production du sorgho

Boue, Adama

Titre : Analyse des effets conjugués travail du sol et culture associée sur la production du sorgho

Auteur : Boue, Adama

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : INGENIEUR EN VULGARISATION AGRICOLE 2013

Présentation
L’agriculture de conservation est de plus en plus envisagée comme un moyen pour relever le défi de l’augmentation durable de la productivité agricole au Burkina Faso. Cependant il manque encore de références locales sur les bénéfices et les interactions entre ses principes. Notre étude visait à contribuer à combler ce déficit de connaissances notamment en mettant en évidence les effets de la combinaison entre le travail minimal du sol et les associations culturales sur la production du sorgho. Une évaluation qualitative des différents traitements a été réalisée avec la participation des producteurs lors de travaux de groupe. On a noté une production maximale de 3022 kg/ha de grain de sorgho pour l’association sorgho et mucuna en labour par rapport à l’agriculture conventionnelle qui a donné 3000 kg/ha. De façon générale les rendements obtenus en labour dépassent ceux du scarifiage d’où une meilleure stabilité des rendements. Pour ce qui est de la valorisation du temps de travail, les performances ont été meilleures en culture pure. On a obtenu un temps de travail de 70,2 Hj/ha pour la culture pure en labour et 76,8 Hj/ha pour le scarifiage en pure. Le scarifiage avec le sorgho associé aux plantes de couverture présente de faibles performances soit 114,3 Hj/ha pour la crotalaire et 115,5 Hj/ha pour le brachiaria. Les taux d’humidité ont présenté de faibles valeurs de l’humidité du sol en labour allant de 8,2 à 15,9%. Le scarifiage permet d’atteindre 17,6 % d’humidité du sol. Le labour n’a pas permis forcément de stocker plus d’eau dans le sol mais reste plus bénéfique à la production du sorgho que le scarifiage. Dans une optique de promotion de l’agriculture de conservation, il est important que les mesures appropriées soient prises pour renforcer la maîtrise par les producteurs de la technique du scarifiage et pour vulgariser la production des semences de plantes de couvertures.

Mots clés : agriculture de conservation, cultures associées, travail minimal, performances technico-économiques, Burkina Faso.

Version intégrale

Page publiée le 27 janvier 2017