Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2012 → Analyse des effets spécifiques et combinés des principes de l’agriculture de conservation sur la conduite et les performances technico-économiques des parcelles de Sorgho

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2012

Analyse des effets spécifiques et combinés des principes de l’agriculture de conservation sur la conduite et les performances technico-économiques des parcelles de Sorgho

Bougou, Harouna

Titre : Analyse des effets spécifiques et combinés des principes de l’agriculture de conservation sur la conduite et les performances technico-économiques des parcelles de Sorgho

Auteur : Bougou, Harouna

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Ingénieur du Développement Rural 2012

Présentation

L’agriculture de conservation (AC) est de plus en plus envisagée comme une alternative pour assurer la gestion durable des ressources naturelles au Burkina Faso. Mais sa diffusion se heurte à l’insuffisance de connaissances sur ses potentialités dans les agro-écosystèmes du Burkina Faso. L’objectif de cette étude était de générer des connaissances sur les effets des principes de l’AC sur les performances technico-économiques de la production de sorgho en comparaison à l’agriculture conventionnelle. L’étude a été conduite dans le village de Yilou (région du Centre-Nord). Un dispositif en blocs complets dispersés composés de huit traitements comparant des systèmes associant un ou plusieurs principes de l’AC à l’agriculture conventionnelle a été installé chez 15 producteurs. Les principes de l’AC influencent différemment la production de sorgho. La couverture du sol est le principe qui a le plus d’impact sur le rendement du sorgho, la productivité du travail et le retour de l’investissement. La couverture du sol a augmenté les besoins en main d’œuvre parce que les agriculteurs ont dû passer plus de temps (10 jours 1ha) pour collecter les pailles et autres biomasses pour couvrir le sol. L’association culturale augmente les besoins en main-d’œuvre par hectare, en particulier pour les opérations de semis et de récolte, elle a également entraîné une diminution d’environ 11% du rendement en sorgho (statistiquement significative). La baisse du rendement du sorgho en culture associée est plus faible lorsque la quantité de paille pour la couverture du sol est élevée. L’association culturale augmente la productivité du travail et de la terre. Le semis direct appliqué séparément sans les deux autres composantes de l’AC a eu un effet négatif sur les résultats techniques et économiques à l’exception de la main-d’œuvre où une légère diminution d’environ 10% a été notée. Les mauvais résultats du semis direct ont été attribués à la mauvaise levée, la faible croissance des plantes et la difficulté de gestion de l’enherbement. Les performances obtenues en semis direct sont améliorées lorsque la couverture du sol est assurée. Les principes de l’AC ont des effets plus importants quand ils sont combinés que lorsqu’ils sont mis en œuvre séparément. La question de la production et de la conservation de la paille est au centre des préoccupations des producteurs pour l’application de l’AC à grande échelle.

Mots clés : agriculture de conservation, performance technico-économique, sorgho, Burkina Faso.

Lien vers la version intégrale de la thèse (Site Université)

Page publiée le 9 novembre 2016