Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2013 → Analyse de quelques modèles hydrologiques comportant explicitement une prise en compte d’échange entre eaux de surface et eaux souterraines – Zoom sur le Burkina Faso

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2013

Analyse de quelques modèles hydrologiques comportant explicitement une prise en compte d’échange entre eaux de surface et eaux souterraines – Zoom sur le Burkina Faso

AHADJI Frédéric Edem K. D.

Titre : Analyse de quelques modèles hydrologiques comportant explicitement une prise en compte d’échange entre eaux de surface et eaux souterraines – Zoom sur le Burkina Faso

Auteur : AHADJI Frédéric Edem K. D.

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’ingénierie Infrastructures et Réseaux Hydrauliques 2013

Résumé

Les modèles hydrologiques sont des outils indispensables de prévision et de gestion de la ressource en eau. On recherche plutôt des modèles relativement simples, robustes et capables de reproduire à des échelles d’espace et de temps des résultats de simulations satisfaisants. L’objectif de ce travail est d’étudier les échanges entre eaux de surface et eaux souterraines au Burkina Faso vus par des modèles hydrologiques simples : GR4J, GR2M, ABCD, SMAP, qui ont déjà été utilisés dans la sous-région à d’autres fins. Les résultats de la simulation des modèles au pas de temps mensuels montrent une similitude entre l’évolution du réservoir souterrain et la piézométrie observée sur le terrain. Mais les résultats ne sont pas vraiment satisfaisants : des écarts de 0.05 à 8.62% entre les valeurs des modèles et celles observées. Néanmoins, le modèle GR2M est celui qui fournit les meilleures simulations. Le modèle SMAP sous-estime la recharge de la nappe, tandis que, le modèle GR4J ne donne pas une simulation satisfaisante. De ces résultats on serait amené hâtivement à dire que le modèle à pas de temps journalier ne reproduit pas correctement l’évolution des nappes. Cependant, ces résultats demandent à être complétés par une mission de terrain et un autre langage de programmation en utilisant d’autres algorithmes d’optimisation.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 20 novembre 2016