Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Burkina Faso → Analyse socio-économique des pratiques de gestion de la trypanosomose animale et les facteurs associés au développement de la chimiorésistance dans la province du Kénédougou (Burkina Faso)

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2002

Analyse socio-économique des pratiques de gestion de la trypanosomose animale et les facteurs associés au développement de la chimiorésistance dans la province du Kénédougou (Burkina Faso)

Ouedraogo, Denis

Titre : Analyse socio-économique des pratiques de gestion de la trypanosomose animale et les facteurs associés au développement de la chimiorésistance dans la province du Kénédougou (Burkina Faso)

Auteur : Ouedraogo, Denis

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Doctorat Unique ès Sciences Economiques 2002

Présentation
L’objectif principal de cette thèse était d’analyser les pratiques de gestion de la trypanosomose animale africaine afin d’identifier les facteurs socio-économiques et institutionnels qui favorisent le développement de la résistance. Pour ce faire, l’étude a combiné plusieurs analyses : (i) de marché des intrants vétérinaires, (ii) de la demande de trypanocides et des services vétérinaires, et (iii) des déterminants des échecs de traitement aux produits trypanocides. Dans la région du Kénédougou, le contrôle de la trypanosomose animale est dominé par l’utilisation des produits trypanocides pour la prévention et les traitements. L’analyse de la structure des dépenses en santé animale montre que la part des trypanocides atteint 45% des sommes affectées aux soins des animaux. Plus de 60% des trypanocides utilisés sont des trypanocides préventifs, ce qui accroît le risque de développement de la résistance car il arrive que les parasites restent longtemps en contact avec une dose subcurative. Les études de marché des trypanocides ont indiqué la présence d’une multitude d’intervenants, dominés par des « amateurs », souvent sans formation, opérant essentiellement sur la base de leur expérience. L’accessibilité géographique et, sans doute, l’insuffisance ou l’absence de contrôle ont favorisé cette situation. Par ailleurs, l’étude a mis en exergue des liens significatifs entre les prix et la qualité des services vétérinaires (choix des recours thérapeutiques et demande de trypanocides). Des niveaux de prix élevés des trypanocides sur le marché officiel des médicaments vétérinaires et l’importance des coûts de transaction tendent à décourager les producteurs et les orienter vers des recours informels (marché parallèle) où les problèmes d’aléas de moralité et de sélection adverse se posent avec beaucoup d’acuité. Le renforcement du marché parallèle favorise, en effet, la circulation de produits périmés ou contrefaits et la réalisation de traitements inadaptés. Ces résultats soutiennent l’argumentation selon laquelle les facteurs socio-économiques et institutionnels favorisent l’apparition des échecs des traitements aux produits trypanocides, et en conséquence le développement de la chimiorésistance. Il importe de sensibiliser les producteurs sur les dangers liés à une utilisation généralisée et souvent erronée des trypanocides. Car l’apparition de la chimiorésistance constitue une limite de l’utilisation des trypanocides comme stratégie de contrôle de la TAA et affecte son efficacité. En conclusion, les résultats de l’étude soulèvent la question de l’implantation de stratégies intégrées de contrôle de la TAA.

Version intégrale

Page publiée le 18 septembre 2016, mise à jour le 3 juillet 2017