Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 1998 → Mise en œuvre d’un système d’information géographique pour le traitement des données géologiques dans la Vallée du Fleuve Sénégal

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 1998

Mise en œuvre d’un système d’information géographique pour le traitement des données géologiques dans la Vallée du Fleuve Sénégal

DANSOU G. Camille

Titre : Mise en œœuvre d’un système d’information géographique pour le traitement des données géologiques dans la Vallée du Fleuve Sénégal

Auteur : DANSOU G. Camille

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’Ingénierie Infrastructures et Réseaux Hydrauliques 1998

Résumé

 : Le présent mémoire est une poursuite d’une étude réalisée par l’EIER pour le compte de l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS). Il est focalisé sur les informations géologiques concernant 589 piézomètres installés dans la vallée du fleuve Sénégal. Le travail demandé vise les objectifs suivants : 1. La construction d’un Système d’Information Géographique (SIG) évolutif pour la représentation et l’exploitation de ces données. 2. L’identification d’une série de questions classiques qui peuvent se poser pour l’exploitation de ces données et propositions de réponses automatiques.

Au nombre de ces questions, on peut citer : ♦ Le positionnement à différents endroits d’un paramètre (toit, mur ou épaisseur d’un horizon) et tracé de la carte correspondante ♦ Accès en ligne à la coupe géologique d’un piézomètre ou d’une série de piézomètres. ♦ Faire un profil géologique à partir d’une série de piézomètres choisis Nous n’avons pas pu atteindre avec Atlas GIS tous les objectifs fixés à cause surtout des contraintes que présente ce logiciel d’analyse géographique. Néanmoins avec cet outil, nous avons pu : ♦ réaliser la carte de base de la vallée ♦ implanter le réseau piézométrique ♦ localiser les différentes formations géologiques auxquelles les piézomètres sont rattachés. ♦ mettre en place une organisation des données disponibles qui répond à des besoins variés dans l’exploitation.
A défaut d’atteindre tous les objectifs de départ, nous avons proposé une nouvelle organisation de l’ensemble de la base de données existante.

Ainsi, en utilisant la méthode MERISE avec AMC*Designor comme logiciel de mise en oeuvre, nous avons procédé dans un premier temps à la modélisation de la nouvelle base de données. En second lieu nous avons implanté l’ensemble des tables issues du MPD (Modèle Physique des Données) dans le Système de Gestion de Base de Données MS ACCESS. La base ainsi mise en place est constituée d’applications qui permettent de faire les traitements élémentaires y compris certains traitements graphiques. Enfin nous avons passé en revue les possibilités de communication entre la base et Atlas GIS d’une part et GroundWater d’autre part.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 11 novembre 2016