Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2009 → Caratérisation,agromorphologique d’une collection de taro (colocasia esculenta(L.)schott) originaire des domaines soudanien et soudano-guinéen du Burkina Faso

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2009

Caratérisation,agromorphologique d’une collection de taro (colocasia esculenta(L.)schott) originaire des domaines soudanien et soudano-guinéen du Burkina Faso

Bambara, Husunohi, Mohamed, Judicael

Titre : Caratérisation,agromorphologique d’une collection de taro (colocasia esculenta(L.)schott) originaire des domaines soudanien et soudano-guinéen du Burkina Faso

Auteur : Bambara, Husunohi, Mohamed, Judicael

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Ingénieur du Développement Rural 2009

Résumé
Le taro (Colocasia esculenta (L.) Schott), encore appelé « kudubadé » ou « diabéré » dans les langues mooré et bambara est une plante alimentaire originaire d’Asie. Il est cultivé au Burkina Faso essentiellement pour ses tubercules. Cependant, sa culture connaît une forte régression pour des raisons intrinsèques et extrinsèques à la plante. Ainsi le laboratoire de génétique de l’université de Ouagadougou a entamé en 2004 une étude en vue de le protéger et de le valoriser. Une collection de 99 cultivars de taro issus de 10 provinces des domaines soudanien et soudano-guinéen du Burkina Faso a été utilisée. L’expérimentation a été conduite à la station expérimentale de Farako-bâ, située à 15 km au sud de Bobo-Dioulasso sur l’axe routier Bobo-Banfora. Elle a comme coordonnées géographiques 04°20’ de longitude ouest et Il°06’ de latitude nord. Un dispositif bloc Fisher à 3 répétitions a été utilisé. La collecte des données a porté sur des caractères quantitatifs et qualitatifs. Des analyses univariées (ANOVA) et multivariées (AFC, CAH, AFD) ont permis de mettre en évidence une variabilité intra et inter-cultivars. En effet, il ressort de ces analyses l’existence d’une variabilité intra-cultivar qui se traduit par un mélange de plantes dont la couleur de l’appareil végétatif est variable. Par ailleurs, deux (02) types morphologiques de plantes se rencontrent dans la majeure partie des cultivars. Une variabilité inter-cultivars a été mise en évidence à partir de quatre (04) groupes issus de la CAH. Cette variabilité repose essentiellement sur la taille de l’appareil végétatif et du potentiel productif. Aussi, une variabilité inter-cultivars existerait au sein de la collection pour la sensibilité à la sécheresse. L’existence de ces variabilités pourrait constituer un point de départ d’une amélioration génétique et d’une valorisation de la plante

Mots clés : Colocasia esculenta, agromorphologique, Burkina Faso

Version intégrale

Page publiée le 15 février 2017