Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 1999 → Amélioration du fonctionnement des postes d’injection d’eau du réseau de distribution d’eau à Ouagadougou

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 1999

Amélioration du fonctionnement des postes d’injection d’eau du réseau de distribution d’eau à Ouagadougou

BARRY Amadou

Titre : Amélioration du fonctionnement des postes d’injection d’eau du réseau de distribution d’eau à Ouagadougou

Auteur : BARRY Amadou

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’Ingénierie Eau 1999

Résumé

A l’instar des grandes villes africaines, Ouagadougou connaît une forte expansion démographique due essentiellement à l’exode rural. L’extension géographique de la ville s’est faite avec un rythme rapide à tel point que le Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme prévu pour les années 2000 est largement dépassé. Tous ces phénomènes qui se développent à la périphérie de la ville ont entraîné un accroissement rapide de la demande en eau. Pour répondre aux besoins sans cesse croissants dans les quartiers périphériques.

L’Office National de l’Eau et de l’Assainissement (ONEA) a mis en œuvre un programme de renforcement de l’alimentation en eau potable à partir des eaux souterraines au moyen de postes d’injection d’eau (PIE). C’est une solution originale qui consiste à injecter directement dans le réseau les eaux des forages. Son impact sur le plan social est considérable. Il a permis d’améliorer les conditions d’alimentation en eau des populations des localités concernées.

Compte tenu de son mode de fonctionnement : injection d’eau dans le réseau en charge ; l’exploitation des PIE reste grandement dépendante de la pression dans le réseau. Cette présente étude qui porte sur cinq d’entre eux vise à améliorer leur fonctionnement tout en assurant la pérennité de leur exploitation. Pour chaque ouvrage, la méthodologie adoptée est :  suivi des variations de pression sur plusieurs jours  suivi de l’évolution des niveaux d’eau au cours du pompage  analyse des statistiques de production durant les années d’exploitation.

Les résultats de ces différentes opérations ont permis de : • définir les HMT des groupes de pompage qui optimisent les volumes exploités tant sur le plan économique que hydrogéologique. • proposer des volumes exploitables qui tiennent compte de la recharge de la nappe • définir les plages horaires pour lesquels l’exploitation des ouvrages est optimum • élaborer les consignes d’exploitation. Comme les caractéristiques des ouvrages évoluent dans le temps nous avons recommandé un suivi régulier des niveaux d’eau et des équipements.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 14 novembre 2016