Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 1995 → Contribution à l’étude de quelques espèces ligneuses locales en semis direct dans la zone nord de la Sissili (Département de Poni) : Detarium microcarpum, Prosopis africana, Acacia nilotica var. adansonii, Scierocarya birrea, Afzelia africana, Tamarindus indica, Parkia biglobosa, Khaya senegalensis, Butyrospermum paradoxum, Daniellia oliveri

Université de Ouagadougou (1995)

Contribution à l’étude de quelques espèces ligneuses locales en semis direct dans la zone nord de la Sissili (Département de Poni) : Detarium microcarpum, Prosopis africana, Acacia nilotica var. adansonii, Scierocarya birrea, Afzelia africana, Tamarindus indica, Parkia biglobosa, Khaya senegalensis, Butyrospermum paradoxum, Daniellia oliveri

Bationo, Babou

Titre : Contribution à l’étude de quelques espèces ligneuses locales en semis direct dans la zone nord de la Sissili (Département de Poni) : Detarium microcarpum, Prosopis africana, Acacia nilotica var. adansonii, Scierocarya birrea, Afzelia africana, Tamarindus indica, Parkia biglobosa, Khaya senegalensis, Butyrospermum paradoxum, Daniellia oliveri

Auteur : Bationo, Babou

Université de soutenance : Université de Ouagadougou

Grade : Ingénieur du Développement Rural 1995

Présentation
L’étude porte sur dix espèces locales en semis direct : Detarium microcarpum, Prosopis ofricana, Sclerocarya birrea, Acacia nilotica var. adansonii, Afzelia africana, Tamarindus indica, ParIda biglobosa, Khaya senegalensis, Butyrospermum paradoxum et Daniellia oliverio Les semences des espèces ont été récoltées et conservées en milieu rural.
Un test de germination a été réalisé en laboratoire en vue d’apprécier la qualité des semences utilisées. Au niveau de l’essai du semis direct, deux traitements du sol ont été appliqués  : le désherbage et le non désherbage. La germination, la survie, la croissance en diamètre et en hauteur ont été évaluées.
Les résultats du test de germination ont permis de montrer que la majorité des espèces ont présenté des taux de germination satisfaisants (>50%). Exceptées, Sclerocarya birrea et Prosopis africana qui ont enregistré un taux inférieur à 50%. Les conditions de récolte et de conservation des semences utilisées sont alors acceptables. Les résultats de l’essai du semis direct ont permis de conclure que le désherbage et le non désherbage n’ont pas eu une influence significative sur le taux de survie, ni sur la croissance en hauteur et en diamètre des espèces. Par contre la germination a été meilleure en zone non désherbée. En général, les paramètres ont surtout varié en fonction de l’espèce. Il n’est donc pas nécessaire de réaliser un travail du sol avant le semis direct.
Les principales contraintes observées sur le terrain sont les attaques parasitaires (insectes défoliateurs, termites et autres) et le manque d’eau en période sèche entraînant une forte mortalité des espèces les moins résistantes.
Cette étude aura permis de montrer que le semis direct peut constituer une forme de lutte contre la désertification. Mais des efforts de recherche restent à faire en vue de maîtriser les principaux facteurs influençant sa réussite.

Mots clés : semis direct, espèces, désherbage, non désherbage, contraintes, germination, survie, croissance

Version intégrale

Page publiée le 14 avril 2017