Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 1997 → Contribution à l’optimisation de l’utilisation des résidus de récolte dans l’alimentation des ovins

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 1997

Contribution à l’optimisation de l’utilisation des résidus de récolte dans l’alimentation des ovins

Zongo, Paul

Titre : Contribution à l’optimisation de l’utilisation des résidus de récolte dans l’alimentation des ovins

Auteur : Zongo, Paul

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Ingénieur du Développement Rural 1997

Présentation
En milieu rural, des grandes quantités de résidus de récolte dont des pailles de céréales et des fanes d’arachide sont disponibles chaque année. Malgré les possibilités de leur utilisation dans l’alimentation du bétail, une partie importante est laissée sur les champs. Cette recherche à été menée, en vue d’identifier les facteurs limitant et les possibilités d’utilisation optimale de ces résidus, particulière ment la paille de sorgho et les fanes d’arachide. Pour cela, 60 unités de production ont été interviewées dans la province du Zoundwécpo. Une étude à été conduite à la station expérimentale de !’IDR à Gampèla, sur 24 ovins Djallonké. Les animaux répartis en 4 lots, ont reçu chacun de la paille de sorgho supplémentée par des fanes d’arachide à des taux variant de 0 à 70%. Les principaux facteurs limitant l’utilisation des résidus dans l’alimentation du bétail ont été identifiés comme étant, le faible taux d’encadrement des producteurs, la pression du travail pendant la période favorable à la collecte mais surtout leur destruction par les feux de brousse. En conclusion de la supplémentation, l’ingestion volontaire de matière organique offerte aux ovins a varié significativement de 71,80 à 104,37 gkg-1p0,75, correspondant à des GMQ de (-6,02) et 34,53 g/j, aux différents niveaux de supplémentation. Pour une meilleure évaluation de l’utilisation optimale des résidus de récolte, des facteurs tels que les objectifs de production, la valorisation des résidus stockés, l’estimation de la restitution de matière organique au sol et l’organisation des producteurs dans la gestion de l’espace pastorale doivent être pris en compte dans les facteurs à analyser.

Mots clés : Arachide - Djallonké - GMQ - Ingestion - Sorgho - valorisation – Zoundwéogo

Version intégrale

Page publiée le 21 novembre 2016, mise à jour le 5 mars 2020