Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2012 → Diversification des systèmes de production piscicole : élevage de Oreochromis niloticus (Linné, 1758) en cage et en trou à poisson

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2012

Diversification des systèmes de production piscicole : élevage de Oreochromis niloticus (Linné, 1758) en cage et en trou à poisson

Diallo, Kadiatou

Titre : Diversification des systèmes de production piscicole : élevage de Oreochromis niloticus (Linné, 1758) en cage et en trou à poisson

Auteur : Diallo, Kadiatou

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Ingénieur du Développement Rural 2012

Présentation

Au Burkina, la consommation annuelle de poisson par habitant était de 2,2 kg en 2010 alors que sur le plan mondial, elle était de 17,2 kg/habitant/an en 2009 (FAO, 2010). En effet, la production nationale de poisson est très faible et est estimée à 12500 tonnes, dont 11500 tonnes issues de la pêche et 400 tonnes issues de la pisciculture (DGRH, 2009). L’objectif principal visé à travers cette étude est l’évaluation des performances de croissance de Oreochromis niloticus élevé dans des cages installées dans des étangs et dans un trou à poisson de même que les capacités de production zootechniques de ces deux systèmes. La présente étude a été réalisée dans le village de Bama situé à une trentaine de kilomètres au nord ouest de la ville de Bobo-Dioulasso. Pour cette étude, des juvéniles de Oreochromis niloticus ayant un poids moyen de 26,5±4,95g ont été élevés dans des cages au nombre de 02 et dans un trou. La température, le pH, la conductivité et la transparence ont été relevés tous les deux jours et une mesure mensuelle des paramètres biologiques tels que la longueur totale et le poids vif a été effectuée. Le suivi de la croissance a été effectué sur 128 jours. Les meilleures performances de croissance ont été obtenues chez les poissons élevés en cage comparativement à ceux élevés dans le trou à poisson. Les moyennes de poids enregistrées sont de 37,80±9,77g E t de 47,86±11 ,87g respectivement pour la cage 1 et la cage 2 et de 32,99±12,50g pour le trou à poisson. Le quotient nutritif (QN) est cependant resté très élevé (21,68 pour la cage 1, 6,80 pour la cage 2 et 35,37 pour le trou à poisson). Le taux de croissance spécifique (TeS) est moyen pour la cage 1 (0,55%/j), satisfaisant pour la cage 2 (0,88%/j) et très faible pour le trou à poisson (0,16%/j). Mais dans l’ensemble, il n’y a pas de différence significative (p>0,05) entre les poids moyens de la cage 1 et du trou à poisson. Par contre, une différence significative (p<0,05) est observé entre les poids moyens de la cage 2 et ceux de la cage 1 et du trou à poisson. Les résultats obtenus montrent que ces deux systèmes peuvent être facilement mis en œuvre mais le système de nourrissage demande toutefois à être amélioré afin de réduire le quotient nutritif

Mots clés : Oreochromis niloticus, cage, trou à poisson, croissance, Bama.

Lien vers la version intégrale de la thèse (Site Université)

Page publiée le 3 novembre 2016