Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2014 → Health Risk Assessment Associated with the Reuse of Compost, Urine and Greywater in Agricultural Field in Sahelian Climate

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2014

Health Risk Assessment Associated with the Reuse of Compost, Urine and Greywater in Agricultural Field in Sahelian Climate

BROU Alexis Loukou

Titre : Health Risk Assessment Associated with the Reuse of Compost, Urine and Greywater in Agricultural Field in Sahelian Climate

Auteur : BROU Alexis Loukou

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master Ingénierie Eau et Assainissement 2014

Résumé

L’objectif de cette étude était d’évaluer les risques sanitaires liés à l’utilisation combinée du compost, de l’urine et des eaux grises en agriculture. Il s’agissait de façon spécifique d’évaluer dans un premier temps les risques sanitaires au niveau des agriculteurs et dans un second temps d’évaluer les risques sanitaires au niveau des consommateurs. Pour atteindre ces objectifs, des scénarios ont été considérés au niveau des différents groupes d’exposition. Ainsi, au niveau des agriculteurs, avons-nous supposé qu’ils manipulent le compost et l’urine dans leurs champs, et qu’ils irriguent les cultures avec les eaux grises sans aucun équipement de protection approprié (gants, habillement et chaussures). Concernant les consommateurs, nous avons supposé qu’ils mangent de la laitue sans la laver correctement. Différentes expérimentations sur site ont été effectuées. A savoir la combinaison du compost et de l’eau de robinet (C+TW), de l’urine et de l’eau de robinet (U+TW), du compost, de l’urine et des eaux grises (C+U+GW) et un témoin arrosé seulement avec l’eau de robinet (NoF). La charge initiale d’organismes indicateurs et pathogènes (Coliformes fécaux, E.coli, Entérocoques, Salmonelles et les œufs d’Ascaris) a été déterminée dans, le compost, l’urine et les eaux grises avant leur application. La qualité microbiologique du sol au niveau des différentes combinaisons de traitement a été suivie une fois par semaine pour des paramètres tels que les E.coli, coliformes fécaux, entérocoques fécaux, Salmonelles, et œufs d’ascaris pendant deux mois. L’évaluation quantitative microbienne des risques a été effectuée en utilisant la méthode de simulation de Monte Carlo pour les salmonelles (10000 itérations) et l’ascaris (1000 itérations) pour chaque combinaison. Les résultats ainsi obtenus, varient selon le type de traitements : Au niveau de C+TW, le risque d’infection aux Salmonelles est le plus important (1.54x10-1), dans le cadre de la consommation de la laitue. Au niveau du traitement U+TW, le risque annuel d’infection le plus important se trouve au niveau des salmonelles 9.55x10-1dans le scénario selon lequel les agriculteurs peuvent ingérer accidentellement 10 à 100 mg de sol fertilisé avec l’urine. Concernant la matrice eaux grises (GW), le risque annuel d’infection aux salmonelles (1.02x10-4), le plus important se rencontre dans le scénario selon lequel, les fermiers ingèrent accidentellement 1 à 2 mL d’eaux grises lors de l’arrosage de leurs cultures. Pour la matrice compost, urine et eaux grises (C+U+GW), concernant, l’ingestion de sol, les Ascaris présentent le risque annuel d’infection le plus important 4.67x10-2. Quant à l’ingestion des eaux grises lors de l’irrigation, le risque annuel d’infection aux salmonelles est de 1.53x10-3. Pour l’infection à l’Ascaris, le risque est de 3.62x10-1. Concernant la consommation de laitue, il ressort que les Ascaris présentent le risque d’infection le plus important soit 2.41x10-2.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 21 novembre 2016