Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2013 → Effet de la pratique de l’intégration agriculture-élevage sur l’efficience énergétique des exploitations agricoles dans les systèmes agro-pastoraux du Burkina Faso

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2013

Effet de la pratique de l’intégration agriculture-élevage sur l’efficience énergétique des exploitations agricoles dans les systèmes agro-pastoraux du Burkina Faso

Benagabou, Ida Ouebouoga

Titre : Effet de la pratique de l’intégration agriculture-élevage sur l’efficience énergétique des exploitations agricoles dans les systèmes agro-pastoraux du Burkina Faso

Auteur : Benagabou, Ida Ouebouoga

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) 2013

Résumé
L’intensification par les intrants et les équipements est la forme la plus visible au sein des exploitations agricoles. Mais les intrants agricoles sont consommateurs d’énergie fossile, ce qui est une menace pour l’environnement. Il est donc nécessaire de t :-ouver des stratégies à même d’assurer à la fois une production suffisante, et la protection des ressources naturelles. L’objectif global de cette étude était de contribuer à la promotion de systèmes de productions plus efficients.
L’étude a été effectuée dans les exploitations traditionnelles du village de Koumbia et dans quelques exploitations modernes périurbaines des villes de Bobo-Dioulasso et de Ouagadougou. L’étude a concerné trente-deux (32) exploitations dont vingt-cinq (25) à Koumbia, deux (02) à la périphérie de Bobo-Dioulasso et cinq (05) à la périphérie de Ouagadougou. Elle a porté sur la diversité énergétique des exploitations agricoles et l’analyse de la pratique de l’intégration agriculture-élevage sur l’efficience énergétique de l’exploitation. La méthode utilisée pour calculer l’efficience énergétique des exploitations est la méthode PLANÈTE, adaptée au contexte du Burkina Faso.
Nous avons pu dégager sept classes en fonction des entrées énergétiques, des sorties énergétiques et des caractéristiques structurelles des exploitations. On remarque que les exploitations traditionnelles sont plus efficientes en termes d’énergie que les exploitations modernes. En effet, )’efficience énergétique a varié de 1,3 pour les éleveurs périurbains intensifs producteurs de lait à 18,2 pour les petits agriculteurs.
L’analyse de l’intégration agriculture-élevage a montré que cette pratique, à un niveau élevé dans une exploitation, améliore l’efficience énergétique des agriculteurs et des éleveurs. Ainsi, celle-ci passe de 12,6 à 16,2 pour les agriculteurs et de 12,4 à 13,9 pour les éleveurs. Cependant chez les éleveurs périurbains intensifs producteurs de lait, l’efficience baisse de 0,80 à 0,60. L’analyse statistique ne montre pas une différence significative entre l’efficience énergétique des producteurs qui intègrent plus ou moins l’agriculture et élevage. Il est apparu que l’intégration agriculture-élevage est une pratique qui améliore l’efficience énergétique des exploitations agricoles rurales et que l’efficience énergétique basse des exploitations périurbaines est due à l’intensification agricole.

Mots clés : Exploitation traditionnelle - Exploitation périurbaine - Intégration agriculture élevage - Efficience énergétique, Burkina Faso.

Version intégrale de la thèse (Site Université)

Page publiée le 26 novembre 2016, mise à jour le 6 mai 2019