Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2000 → EROSION DES SOLS EN ZONE SOUDANIENNE DU MALI ; TRANSFERT DES MATERIAUX ERODES DANS LE BASSIN VERSANT DE DJITIKO (HAUT-NIGER)

Université Grenoble I (2000)

EROSION DES SOLS EN ZONE SOUDANIENNE DU MALI ; TRANSFERT DES MATERIAUX ERODES DANS LE BASSIN VERSANT DE DJITIKO (HAUT-NIGER)

DIALLO, DRISSA

Titre : EROSION DES SOLS EN ZONE SOUDANIENNE DU MALI ; TRANSFERT DES MATERIAUX ERODES DANS LE BASSIN VERSANT DE DJITIKO (HAUT-NIGER)

Auteur : DIALLO, DRISSA

Université de soutenance : Université Grenoble I

Grade : Doctorat : GRENOBLE 1 2000

Résumé
DANS UN BASSIN VERSANT DE 103 KM 2 DU HAUT NIGER, EN ZONE SOUDANIENNE DU MALI, RUISSELLEMENT ET EROSION SONT CARACTERISES EN MILIEU REEL EN 1998 ET 1999. DES ECHANTILLONS DE SOL SONT ETUDIES AU LABORATOIRE, EN VUE D’IDENTIFIER DES INDICATEURS D’ERODIBILITE. LES DONNEES DE TERRAIN ET DE LABORATOIRE ONT PERMIS D’ANALYSER LE TRANSFERT DES MATERIAUX ERODES DES VERSANTS VERS L’EXUTOIRE DU BASSIN VERSANT. LE RUISSELLEMENT ET L’EROSION VARIENT EN FONCTION DES TYPES DE SOL, DE LEUR OCCUPATION, DES TECHNIQUES CULTURALES ET DE LA TAILLE DE LA PARCELLE EXPERIMENTALE. POUR LES DEUX CAMPAGNES, SOUS JACHERE ET SUR PARCELLE DE 100 M 2, LES VALEURS MOYENNES DU COEFFICIENT DE RUISSELLEMENT ANNUEL MOYEN (KRAM) SONT : 10% (SOL CAILLOUTEUX), 22% (SOL BRUN VERTIQUE ET SOL FERRUGINEUX ROUGE), 42% (SOL GRAVILLONNAIRE). LA MISE EN CULTURE, AVEC LA PRATIQUE DU LABOUR, FAVORISE L’AUGMENTATION DU RUISSELLEMENT : LE KRAM, PEUT ATTEINDRE 45%. PAR CONTRE, LA PRATIQUE DU TRAVAIL MINIMUM DU SOL FAVORISE UNE DIMINUTION DU RUISSELLEMENT : KRAM = 26% ET 18%, RESPECTIVEMENT SUR SOL BRUN VERTIQUE ET SOL FERRUGINEUX ROUGE. L’EROSION VARIE DE 0,3 A 5,6 T HA - 1 AN - 1 SUR PARCELLE DE 100 M 2, SOUS JACHERE EN FONCTION DU TYPE DE SOL. LA PRATIQUE DU LABOUR FAVORISE UNE NETTE AUGMENTATION DE L’EROSION (10 A 20 T HA - 1 AN - 1) ALORS QUE LA PRATIQUE DU TRAVAIL MINIMUM DU SOL LE MAINTIENT A UN NIVEAU COMPARABLE A CE QUI EST OBSERVE SOUS JACHERE. LES TESTS DE STABILITE DES AGREGATS ET DES MOTTES METTENT EN EVIDENCE LA SENSIBILITE DES SOLS A L’EROSION ET PEUVENT FOURNIR DES INFORMATIONS UTILES POUR LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES D’EROSION A L’ECHELLE DU BASSIN VERSANT. SEULEMENT 7% DES SEDIMENTS PRODUITS DANS LE BASSIN VERSANT SONT TRANSFERES A L’EXUTOIRE, LE RESTE DES MATERIAUX ERODES RESTANT PIEGES DANS LE PAYSAGE. DEJA, D’UNE PARCELLE DE 100 M 2 A UNE PARCELLE DE 1000 M 2, L’EROSION MESUREE DIMINUE (RAPPORT DE 2 A 5). L’AMENAGEMENT EN AGRICULTURE SOUDANIENNE DOIT BEAUCOUP INSISTER SUR LA GESTION DE LA BIOMASSE A L’ECHELLE PARCELLAIRE. LA PRATIQUE DU LABOUR DOIT ETRE LIMITEE.

Mots clés  : MALI - EROSION SOL - BASSIN VERSANT - RUISSELLEMENT - AGRICULTURE - ACTUEL - SOL - MORPHODYNAMIQUE

Présentation : SUDOC - ABES

Texte intégral (IRD)

Page publiée le 4 février 2004, mise à jour le 15 mars 2019