Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2013 → Effet du macrophyte Ceratophyllum submersum sur les communautés phytoplanctoniques naturelles des réservoirs de Barna et de Boura au Burkina Faso

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2013

Effet du macrophyte Ceratophyllum submersum sur les communautés phytoplanctoniques naturelles des réservoirs de Barna et de Boura au Burkina Faso

Bamba, Djeneba

Titre : Effet du macrophyte Ceratophyllum submersum sur les communautés phytoplanctoniques naturelles des réservoirs de Barna et de Boura au Burkina Faso

Auteur : Bamba, Djeneba

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Master 2013

Résumé

Les macrophytes submergés absorbent non seulement une grande quantité d’éléments nutritifs dissous mais nombres d’entre eux peuvent également excréter des substances allélopathiques susceptibles d’inhiber la croissance du phytoplancton. Dans la présente étude nous voulons déterminer les effets allélopathiques du macrophyte Ceratophyllum submersum (c. submersum) sur des communautés naturelles de phytoplancton. Les éventuels effets de cette plante n’ont jamais été étudiés au Burkina Faso. Des solutions aqueuses et méthanoliques de C. submersum ont été utilisés pour conduire cette étude au laboratoire. L’évolution des rendements photosynthétiques théorique (Y) et effectif (AL+Y) ainsi que celle de la biomasse en chlorophylle ont été suivies par des mesures de fluorescence réalisées à l’aide d’un Phyto-PAM lors d’expérimentations de mise en contact des communautés de phytoplancton avec ces solutions.
Les résultats obtenus indiquent que les solutions aqueuses de plants secs de C. submersum inhibent le rendement photosynthétique théorique (Y) de 14 % (par rapport au témoin) pour une concentration de 70 mg/l et le rendement photosynthétique effectif (AL+Y) de 35 % pour la même concentration après 48 heures. Avec les solutions méthanoliques de plants secs de C. submersum, une inhibition de 27 % et de 35 % (par rapport au témoin) est observée après 24 heures pour une concentration de 25,4 mg/l, respectivement pour les rendements Y et AL+y. Pour ce qui est des extraits méthanoliques de poudre de C. submersum, ils inhibent Y à 21 % par rapport au lémoin et AL+Y à43 % par rapport au témoin avec une concentration 50 mg/I au bout de 72 heures. La biomasse chlorophyllienne mesurée lors de ces expériences n’a pas été inhibée par les extraits mais l’évolution des rapports pigmentaires suggère des modifications de composition des communautés phytoplanctoniques mises en présence des extraits. Ces différents résultats de laboratoire, préliminaires, indiquent que le macrophyte Ceratophyllum submersum exerce effectivement un effet inhibiteur sur les rendements photosynthétiques théorique (Y) et effectif (AL+Y) ; ce qui sous-entend son potentiel allélopathique. Il apparaît également que le rendement photosynthétique effectif est plus sensible que le rendement photosynthétique théorique. Des investigations complémentaires restent toutefois à conduire, en premier lieu pour valider l’existence de tels effets in situ.

Mots clés : Allélopathie, Ceratophyllum submersum, Extraits, Phytoplancton, Solution

Lien vers la version intégrale de la thèse (Site Université)

Page publiée le 21 septembre 2016