Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2014 → Effets de la couverture du sol à base de Piliostigma reticulatum (De) Hoscht sur l’association sorgho-niébé dans le village de Yilou, Province du Bam (Burkina Faso)

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2014

Effets de la couverture du sol à base de Piliostigma reticulatum (De) Hoscht sur l’association sorgho-niébé dans le village de Yilou, Province du Bam (Burkina Faso)

Ouedraogo, Zangtinda Marcel

Titre : Effets de la couverture du sol à base de Piliostigma reticulatum (De) Hoscht sur l’association sorgho-niébé dans le village de Yilou, Province du Bam (BURKINA FASO)

Auteur : Ouedraogo, Zangtinda Marcel

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Master en Production Végétale 2014

Résumé
La région du Centre-Nord du Burkina Faso est soumise à une dégradation des terres cultivables. Le zaï, les demi-lunes, et autres techniques de conservation des eaux et des sols ont été testés et introduits par des travaux de recherche et développement pour pallier les problèmes de fertilité et contribuer à l’augmentation de la productivité. C’est dans ce sens qu’a été introduite l’agriculture de conservation par l’ONG African Conservation Tillage Network (ACT). Les résidus de culture étant utilisés pour l’alimentation du bétail, ceux-ci sont peu disponibles comme source de paillage. Afin de proposer des alternatives locales, la présente étude a pour but de tester l’effet du paillage à base de biomasse ligneuse sur les cultures dans le village de Yilou (située à 75 km au nord de Ouagadougou) dans la zone soudano-sahélienne.
L’étude a d’abord consisté à la réalisation d’une enquête. De celle-ci il ressort que les producteurs, bien que n’ayant pas reçu de formation (93%) sur l’usage de la biomasse de Piliostigma reticulatum, possèdent un savoir-faire dans la gestion de l’arbuste au moment des cultures (97%). P reticulatum pousserait généralement sur les sols argileux selon ces producteurs (78%). La majorité des enquêtés (95%) reconnaît l’augmentation des rendements de toute culture due à l’usage de la biomasse de P. reticulatum. La pratique du paillage ligneux étant largement répandue sur le terroir, un dispositif en blocs dispersés (n=4) comportant trois traitements Cl t/ha de biomasse de l’arbuste natif P. reticulatum (Tl), 2 t/ha (T2), et témoin (TO)) a été mis en place en milieu paysan. Les cultures mises en place étaient le sorgho (variété Kapelga) semé à 0,80 entre lignes et 0,40 cm inter-poquets, et le niébé (variété : KVX 396-4-5 2D) semé dans les lignes intercalaires à la même densité. Les paramètres suivants ont été évalués par traitement : la croissance des tiges de sorgho, le développement foliaire du sorgho, et les rendements grain et paille du sorgho et du niébé.
Les résultats obtenus montrent une augmentation de la hauteur des plants de sorgho observée sur les parcelles paillées par rapport au témoin. Les traitements Tl et T2 entraînent une augmentation des rendements grains de sorgho respectivement de 68 et 131%, et paille de 34 et 85% par à TO. Les rendements grain, paille à la floraison et fanes à la récolte du niébé quant à eux connaissent une hausse de 29 et 41 %,41 et 112%,41 et 8% respectivement pour Tl et T2.
La pratique de la couverture du sol avec la biomasse issue de P. reticulatum dans la gestion de la fertilité des sols et l’augmentation des rendements culturaux apparait alors comme une alternative pouvant contribuer à atteindre une agriculture durable dans les zones soudano sahéliennes.

Mots clés : Biomasse ligneuse, Piliostigma reticulatum, fertilité du sol, Yilou, Burkina Faso.

Version intégrale

Page publiée le 18 septembre 2016, mise à jour le 6 novembre 2022