Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2014 → Effets de la fumure organique et de la demi-dose d’engrais sur les performances agronomiques et économiques de l’association maïs (Zea mays)-mucuna (Mucuna deeringiana) en situation réelle de culture dans la zone ouest du Burkina Faso : cas des villages de Koumbia et de Gombêlêdougou

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2014

Effets de la fumure organique et de la demi-dose d’engrais sur les performances agronomiques et économiques de l’association maïs (Zea mays)-mucuna (Mucuna deeringiana) en situation réelle de culture dans la zone ouest du Burkina Faso : cas des villages de Koumbia et de Gombêlêdougou

Attiou,Clement Ouemihie

Titre : Effets de la fumure organique et de la demi-dose d’engrais sur les performances agronomiques et économiques de l’association maïs (Zea mays)-mucuna (Mucuna deeringiana) en situation réelle de culture dans la zone ouest du Burkina Faso : cas des villages de Koumbia et de Gombêlêdougou

Auteur : Attiou,Clement Ouemihie

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Master en Production Végétale 2014

Résumé

La zone ouest du Burkina Faso est caractérisée par une forte densité humaine et animale qui se traduit par une exploitation minière des ressources naturelles. Les engrais chimiques ne sont pas à la portée des populations rurales du fait de leur coût élevé. Cela conduit à une extension des champs par la réalisation de nouvelles friches. Au regard de l’augmentation de la population humaine et animale, cette extension ne peut plus se poursuivre. Il apparaît donc nécessaire de trouver des solutions pour améliorer et maintenir la fertilité des terres agricoles actuelles. C’est dans cette optique que cette étude a été initiée en milieu réel dans les exploitations agro pastorales de Koumbia et de Gombêlêdougou. L’objectif est (i) d’améliorer l’insertion des légumineuses dans le système de culture et (ii) de déterminer l’effet combiné de la demi-dose d’engrais chimique et de la FO. Les essais ont été conduits par vingt-trois (23) paysans en 2013 avec un dispositif en bloc complet dispersé. Chaque paysan était un bloc. Chaque bloc comportait quatre (04) traitements Tl (maïs pur sans FO), T2 (maïs mucuna sans FO), T3 (maïs pur avec FO) et T4 (maïs-mucna avec FO). Les itinéraires techniques (lTC) ont fait l’objet d’un suivi complet jusqu’à la mesure des rendements. Les variables agronomiques ont été collectées (taux d’enherbement, densité, rendements) et les variables économiques (CB, PB, MB et la MB/jr) ont été déterminées. Deux types d’analyses ont été réalisés. Une analyse de variance sur les données de l’ensemble de la population et une analyse multi-variée sur les données du traitement maïs-mucuna avec FO.

Les résultats de l’analyse de variance sur l’ensemble de la population indiquent que l’application de la FO entraine une augmentation significative (p < 0.05) du temps de travail par rapport au système sans FO. La culture associée entraine une augmentation non significative des charges brutes et une réduction non significative des rendements et des marges brutes. L’analyse multi-variée a permis de montrer que les facteurs qui déterminent les rendements sont principalement, la quantité de FM et de FO appliquées et les densités de semis des cultures et de regrouper les producteurs en trois Classes Cl (08 producteurs), C2 (02 producteurs) et C3 (06 producteurs). Il ressort que les pratiques de la Classe C3 étaient les plus rentables sur le plan économique comparativement aux autres classes. Les producteurs de cette classe C3 ont appliqué en moyenne 4 827 kg/ha de FO, 80 kg/ha de NPK et 49 kg/ha d’urée. La comparaison des rendements (grains, tiges et biomasse totale) des traitements de cette classe C3 montre une supériorité des traitements avec FO (T3 et T4) par rapport aux traitements sans FO (Tl et T2). On observe également que les rendements grains ont tendance à être supérieurs en culture pure par rapport à la culture associée. Par contre la biomasse totale et les tiges ont tendance à être supérieures en culture associée par rapport à la culture pure. On peut retenir que la fumure organo-minérale permet de produire plus de biomasse que la fumure minérale simple. De même l’association maïs-mucuna permet de produire plus de biomasse sans diminuer considérablement les rendements en grains du maïs par rapport à la culture pure.

Mots clés : Association de culture, Fumure organo-minérale, demi-dose, performances agronomique et économique, Burkina Faso

Lien vers la version intégrale de la thèse (Site Université)

Page publiée le 18 septembre 2016