Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2007 → Etude comparative d’une plante tolérante à l’ombre, Xanthosoma sagiffifolium (tabouchi) et d’une céréale traditionnelle, Pennisetum glaucum (le petit mil) dons un porc agroforestier à Noberé (Burkina Faso)

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2007

Etude comparative d’une plante tolérante à l’ombre, Xanthosoma sagiffifolium (tabouchi) et d’une céréale traditionnelle, Pennisetum glaucum (le petit mil) dons un porc agroforestier à Noberé (Burkina Faso)

Bazie, Paulin

Titre : Etude comparative d’une plante tolérante à l’ombre, Xanthosoma sagiffifolium (tabouchi) et d’une céréale traditionnelle, Pennisetum glaucum (le petit mil) dons un porc agroforestier à Noberé (Burkina Faso)

Auteur : Bazie, Paulin

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Ingénieur du Développement Rural 2007

Résumé

Une étude comparative du comportement et de la production du mil (Pennisetum glaucum) et du tabouchi (Xanthosoma sagittifolium) en association avec le néré (Parkia biglobosa) et le baobab (Adansonia digitata) a été conduite dans un parc agroforestier à Noberé au Burkina Faso. La phénologie et la production des deux culture. ont été étudiées dans deux zones concentriques (A et B) sous la couronne des arbres de chacune des deux espèces fruitières, dans une zone concentrique C située à la lisière de la couronne et dans une parcelle témoin en dehors de toute influence d’un arbre. Les radiations photo synthétiques actives (PAR), la croissance, la surface foliaire, le nombre de talles, le rendement photo synthétique, la productivité et l’intérêt économique des cultures ont été évalués. La croissance du tabouchi s’est avérée plus élevée sous le houppier qu’en zone ouverte alors que le mil a eu une croissance similaire dans toutes les zones. Les valeurs des rendements photosynthétiques obtenus chez les deux cultures ont révélé un état de stress des plants plus accentué en zone hors houppier. Ce stress semble avoir été causé principalement par les fortes températures et l’eau du sol. La production du tabouchi a été meilleure en association avec le néré qui a eu la plus forte réduction des PAR sous la couronne. Contrairement au tabouchi, la plus faible production du mil a été enregistré sous le néré. L’évaluation économique des productions des deux cultures a montré que le tabouchi permet de rentabiliser mieux la zone sous la couronne du néré que le mil. Par contre, les bénéfices tirés de l’association des deux cultures avec le baobab ont été pratiquement les mêmes. La culture du tabouchi en association avec les espèces à forte interception des PAR pourrait être conseillée en substitution de la culture du mil dans les parcs agroforestiers. Mais pour cela, les observations doivent être poursuivies afin de prendre en compte la variation interannuelle des conditions de productions, notamment la variation pluviométrique

Mots clés : Adansonia digitata, interaction arbre-culture, Parkia biglobosa, Pennisetum glaucum, Xanthosoma sagittifolium

Lien vers la version intégrale de la thèse (Site Université)

Page publiée le 14 octobre 2016